Le Jubilé est terminé mais la Miséricorde demeure

rino_fisichella_mep_portraitLe pape François a refermé, dimanche 20 novembre 2016, la Porte Sainte de la Basilique Saint-Pierre (Rome), mettant fin au Jubilé de la Miséricorde. Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle Evangélisation – dicastère romain chargé de son organisation – a présenté ses conclusions et la Lettre apostolique Misericordia et Misera. Par Romilda Ferrauto.

Plus de 21 millions de personnes, venues de 156 pays, ont franchi les Portes Saintes des quatre basiliques romaines pendant l’Année Sainte de la Miséricorde. C’est moins que lors du grand Jubilé de l’An 2000, qui avait bénéficié de trois ans de préparation. Mais c’est beaucoup car le contexte est bien différent. Mgr Fisichella ne cache pas sa satisfaction quand il égrène devant les journalistes les chiffres de ce Jubilé inédit à plus d’un titre. Car ce Jubilé a été tout d’abord universel avec l’ouverture de Portes Saintes dans le monde entier. Au niveau global, les chiffres sont considérables : plus de 900 millions de fidèles ont franchi une Porte Sainte entre le 8 décembre 2015 et le 20 novembre 2016 ; 22 millions rien qu’au sanctuaire mexicain de Guadalupe. Par endroits, il y a eu des conversions authentiques : les confessions ont augmenté de 30% !

Mais ce n’est pas tout : car ce Jubilé a aussi voyagé sur la Toile. Un chiffre parmi d’autres : la vidéo du pape François confessant des jeunes sur la place Saint-Pierre a été vue par 2.398.000 personnes en moins de 24 heures. A la faveur des nouvelles technologies, qui s’installent chaque jour un peu plus dans la communication vaticane, l’Année Sainte de la Miséricorde a été vécue à l’unisson dans le monde entier. Les « vendredis de la Miséricorde » ont particulièrement frappé les esprits. Mgr Fisichella avoue avoir été souvent ému jusqu’aux larmes. Le Saint-Père lui-même a été profondément bouleversé par les témoignages d’une vingtaine de jeunes prostituées, soumises à toutes sortes d’humiliations et de vexations.

La peur du terrorisme n’a pas découragé les pèlerins

Et dire que les pronostics étaient sombres après les attentats du 13 novembre 2015, en France, quelques jours avant l’ouverture du Jubilé. Mais la peur du terrorisme n’a pas découragé la participation. A ce propos, Mgr Fisichella a tenu à saluer l’action des autorités civiles compétentes, en particulier le ministre italien de l’intérieur, qui ont su faire de Rome une ville sûre. Malgré les inévitables divergences, la collaboration a été gagnante entre le Saint-Siège et l’Etat italien. Au passage, Mgr Fisichella s’en est pris, au contraire, à ceux qui ne voyaient ce Jubilé que comme une source potentielle de revenus, oubliant sa signification profonde. Ils ne méritent même pas qu’on leur réponde, a-t-il ajouté sèchement.

Misericordia et Misera, une feuille de route

Voilà pour les chiffres, mais les fruits, a expliqué Mgr Fisichella, on peut déjà les retrouver dans la Lettre apostolique du pape François Misericordia et Misera, rendue publique lundi 21 novembre. Une véritable feuille de route, pour bien montrer que la « Miséricorde » n’est pas une parenthèse, que la tendresse doit continuer d’être pratiquée et célébrée. Un certain nombre de points en disent long sur la volonté du Pape de prolonger l’esprit de l’Année Sainte : ainsi, tous les prêtres catholiques, sans exception et pour une durée illimitée, auront la faculté d’absoudre le péché d’avortement, une prérogative jusque-là réservée aux évêques et à leurs délégués. Il faudra pour cela mettre à jour le Code de droit canon. Pas de laxisme pour autant : l’avortement reste un péché grave car il met fin à une vie innocente.

Le Saint-Père poursuit par ailleurs sa politique de la main tendue à l’égard de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X en prolongeant la mesure d’exception qu’il lui avait accordée à l’occasion de ce Jubilé extraordinaire. L’absolution donnée par les prêtres lefebvristes continuera d’être licite et valide. Ce geste annonce-t-il leur future réintégration et une solution dans ce dossier douloureux ? Mgr Fisichella ne l’exclut pas, mais ne le confirme pas non plus.

Une chose est sûre, en tous cas : si le Jubilé extraordinaire est terminé, le pape François entend continuer résolument à proposer le visage miséricordieux de Dieu et de l’Eglise.

Romilda Ferrauto est journaliste accréditée auprès du Saint-Siège

Sur le même thème

  • 22 octobre 2016 : Le pape François saluant lors d'une audience extraordinaire du jubilé de la Miséricorde, au Vatican.

October 22, 2016: Pope Francis greets the faithful at the end of a Jubilee audience in St. Peter's Square at the Vatican.

    Lettre apostolique du pape François à l’occasion de la clôture du Jubilé de la Miséricorde

      François, à ceux qui liront cette Lettre Apostolique, miséricorde et paix. Misericordia et misera sont les deux termes qu’utilise Saint Augustin pour raconter la  rencontre entre Jésus et la femme adultère (cf. Jn 8, 1-11). Il ne pouvait trouver expression plus belle et plus juste pour faire comprendre le mystère de l’amour de Dieu […]

  • Cérémonie de fermeture de la porte sainte de la basilique St Pierre au Vatican

    Homélie du Pape pour la clôture du Jubilé de la Miséricorde

    Homélie du pape François pour la clôture du Jubilé de la Miséricorde, dimanche 20 novembre 2016, en la solennité du Christ Roi de l’Univers. La solennité de Notre Seigneur Jésus-Christ Roi de l’Univers couronne l’année liturgique ainsi que cette Année sainte de la miséricorde. L’Évangile présente, en effet, la royauté de Jésus au sommet de […]

Dans les diocèses

En vidéos

Draw my Jubilé

Le Draw my Jubilé du diocèse de Quimper et Léon a été réalisé pour bien comprendre ce qu'est l'Année de la Miséricorde et découvrir tous les événements proposés pendant le Jubilé.

La Miséricorde en questions

L'agenda du mois

01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Ressources

En images

Associations, Congrégations et Mouvements