Les voyages de Jean-Paul II en France

Le Pape Jean Paul II lors du lancement du site de la CEF en 1996

Le pèlerinage de Jean-Paul II à Lourdes les 14 et 15 août 2004 constituait la huitième de ses visites en France, si l’on y inclut l’escale de deux jours à la Réunion, au cours d’un déplacement en Afrique en 1989. Ce qui fait de la France le pays le plus visité par ce pape avec la Pologne.
Jean-Paul II a entamé en 1980 cette série de visites par une apostrophe célèbre : « France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » a-t-il demandé au cours d’une messe au Bourget. Il a évoqué la culture au siège de l’UNESCO, dialogué avec les jeunes au Parc des Princes et avec les ouvriers à Saint-Denis. Le voyage comportait aussi une étape à Lisieux.

En 1983, eut lieu la première visite à Lourdes pour ce Pape qui vouait une dévotion particulière à la Vierge Marie. Une visite avait été programmée en 1981, puis repoussée en raison de l’attentat de la place Saint-Pierre. Au cours de ce premier pèlerinage à la grotte de Massabielle, le Pape s’est adressé tour à tour aux pèlerins, aux prêtres, aux religieuses, aux jeunes, aux malades et aux hospitaliers.

En 1986, Jean-Paul II est venu rendre hommage aux saints et martyrs de l’une des premières églises chrétiennes de l’histoire, avec des étapes à Lyon et Annecy, mais aussi chez le curé d’Ars (Saint Jean-Marie Vianney) et à Paray-le-Monial.

En 1988, le Pape a effectué un voyage très européen à Strasbourg, Metz et Nancy. Il a été notamment accueilli au Parlement européen à Strasbourg où, déjà, il s’exprimait sur les racines chrétiennes de l’Europe :  » Le christianisme, en effet, a vocation de profession publique et de présence active dans tous les domaines de la vie. Aussi mon devoir est-il de souligner avec force que si le substrat religieux et chrétien de ce continent devait en venir à être marginalisé dans son rôle d’inspirateur de l’éthique et dans son efficacité sociale, c’est non seulement tout l’héritage du passé européen qui serait nié, mais c’est encore un avenir digne de l’homme européen – je dis de tout homme européen, croyant ou incroyant – qui serait compromis ».

En 1996, il est venu célébrer à Reims le 1500e anniversaire du baptême de Clovis, et s’est aussi rendu à Tours pour retrouver les « blessés de la vie » et les familles à Sainte-Anne-d’Auray.

En 1997, ce fut la surprise de plus d’un million de jeunes réunis à Paris pour les Journées mondiales de la jeunesse. Jean-Paul II a célébré la messe au Champ-de-Mars et sur l’hippodrome de Longchamp et béatifié Frédéric Ozanam, fondateur de la Société de Saint-Vincent-de-Paul à Notre-Dame de Paris.

Enfin, les 14 et 15 août 2004, Jean-Paul II est revenu en pèlerinage à Lourdes à l’occasion du cent cinquantième anniversaire de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception.

 

Le dernier voyage de Jean-Paul II en FranceJean-Paul II a été le premier pape à se rendre à Lourdes, la première fois les 14 et 15 août 1983, la deuxième fois les 14 et 15 août 2004. Au début de l’année 2004, Mgr Jacques Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes, et Mgr Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux et président de la Conférence des évêques de France, avaient invité le Pape à revenir à Lourdes à l’occasion du 150e anniversaire de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception. En 2004 comme en 1983, le Saint-Père est venu en pèlerin parmi les pèlerins.

Ce deuxième pèlerinage à la grotte de Massabielle s’est déroulé en quatre temps distincts et complémentaires : Jean-Paul II est arrivé le samedi 14 août vers 12h30 devant la grotte où il a été accueilli par la foule des pèlerins. Il a tenu à saluer tout d’abord les malades puis, après un temps de prière personnelle, il a récité la prière de l’Angélus avec les pèlerins présents.

Jean-Paul II a ensuite retrouvé les pèlerins à partir de 17h30 pour une procession. Celle-ci s’est déroulée suivant cinq étapes marquant les cinq mystères lumineux du Rosaire. Cette prière du Rosaire a été introduite par le Saint-Père qui, notamment, soulignait que « cette grotte est devenue ainsi le siège d’une étonnante école de prière, où Marie enseigne à tous à contempler avec un ardent amour le visage du Christ. C’est pourquoi Lourdes est le lieu où les croyants de France et de tant d’autres nations d’Europe et du monde prient, à genoux. »

Le dimanche 15 août à partir de 10h, Jean-Paul II a présidé la célébration de la messe de l’Assomption dans la prairie située en face de la Grotte. Près de 300 000 pèlerins ont pu entendre l’appel lancé lors de l’homélie : « A vous tous, frères et sœurs, je lance un appel pressant pour que vous fassiez tout ce qui en votre pouvoir pour que la vie, toute vie, soit respectée depuis la conception jusqu’à son terme naturel. La vie est un don sacré, dont nul ne peut se faire le maître (…) Soyez des femmes et des hommes libres ! Mais rappelez-vous : la liberté humaine est une liberté marquée par le péché. Elle a besoin elle aussi d’être libérée. Christ en est le libérateur, Lui qui « nous a libérés pour que nous soyons vraiment libres » (Ga 5, 1). Défendez votre liberté ! »

Le Saint-Père, enfin, s’est recueilli longuement devant la Grotte, tandis que les pèlerins, se joignaient en silence à sa prière.

 

Approfondir votre lecture

News.va

Radio Vatican

On confond souvent les termes “Rome”, “Vatican”, “Cité du Vatican”, “Saint-Siège”, “Siège apostolique”, “Curie romaine”.

Essayons d’y voir plus clair, même si l’on sait bien que tous concernent le Pape et de ses collaborateurs…

Pour en savoir plus:

Rome

Le Vatican

La Cité du Vatican

Le Saint-Siège ou Siège apostolique

La Curie romaine