Donatien Lecat : « Un encouragement à être chrétien dans la société »

« La Politique, une Bonne Nouvelle » est une association dont l’objectif est de former des jeunes à être « acteurs dans ce monde ». Membre du conseil d’orientation, Donatien Lecat réagit à « Elections : un vote pour quelle société ? », déclaration des évêques en vue des élections de 2012.

Comment recevez-vous ce texte ?

donatien_lecat

Ce texte est un encouragement à être chrétien dans la société. Nous sommes invités par nos évêques à exercer notre citoyenneté non pas séparés de notre Foi, mais avec elle. A l’exemple du Christ, si nous ne sommes pas de ce monde, nous sommes bien dans ce monde (Jean 18, 36) ; et il nous est donné d’y agir pour contribuer, même modestement, au triomphe du Bien. Notre vote est un acte, à la fois très simple, qui semble presque insignifiant (« A quoi bon ? » disent les désabusés) et pourtant hautement important, car il contribue à façonner la décision collective.
Mais ce qui est toujours rafraîchissant dans les textes du Magistère en matière sociale, dont la présente déclaration des évêques de France, c’est la liberté et la responsabilité qui nous sont reconnus pour mener nos actions, en l’occurrence ici l’exercice de notre droit de vote. D’où la nécessité d’un vrai discernement avant d’agir.
 

Quels points de discernement retenez-vous ?

Le premier point de discernement qui me semble essentiel dans cette élection présidentielle, c’est de se dire que le vote « ne peut être simplement dicté par l’habitude, par l’appartenance à une classe sociale ou par la poursuite d’intérêts particuliers ». Non seulement les évêques nous invitent à avoir les idées larges, mais surtout, ils nous invitent à considérer que les défis de notre temps sont complexes et nécessitent des réponses ajustées qui ne se réduisent ni à des promesses électorales dont on sait à force de scrutins, que leur durée de vie est généralement bien courte, ni à un « prêt à porter » idéologique de droite, de gauche, du centre, etc. Les évêques nous disent ici clairement de ne pas avoir peur de choisir un candidat avec lequel on perçoit une réelle affinité dans la vision de la société et de l’action politique au niveau national, en faisant fi des étiquettes politiques.

Un deuxième point de discernement me semble important, c’est de ne pas se laisser entraîner par le courant médiatique, surtout à l’heure de l’Internet et des réseaux sociaux où le zapping est permanent et l’effet de « buzz » impressionnant. Savoir prendre du recul sur les évènements d’une campagne électorale nécessite de nos jours encore plus d’efforts qu’il y a quelque dizaines d’années. Ne pas s’arrêter à l’anecdote, mais chercher le fond d’un discours.

Enfin, il me semble que ces points de discernement doivent être mis en relief par un troisième qui à mon sens manque dans la déclaration des évêques. Il s’agit tout simplement de se rappeler ce qu’implique réellement la fonction présidentielle dans notre régime politique. Remémorons-nous le fameux article 5 de notre constitution de la Ve République : « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités. » Pour bien comprendre ce texte, un rappel de l’article 20 alinéa 1er est tout aussi nécessaire : « Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation. » Autrement dit, sans aucun préjugé des actions passées ou de celles qui nous sont proposées pour l’avenir, il faut se convaincre, en tant que citoyen, que l’élection est un moment fort de notre démocratie qui va nous permettre de désigner celui ou celle que nous aurons considéré majoritairement comme le ou la plus capable pour assumer la fonction constitutionnelle de Président de la République. En aucun cas, l’élection présidentielle vise à élire celui qui aura une recette magique pour résoudre les problèmes de notre temps.
 

Comment votre démarche croise-t-elle la réflexion des évêques ?

« La Politique une Bonne Nouvelle » (PBN) est une association qui s’est donnée pour mission d’apporter des éléments de réflexions sur l’engagement politique (au sens large, i.e. l’engagement dans la Cité) des chrétiens. Elle réalise ce projet en organisant des sessions d’études, des rencontres sur des thématiques politiques, telle la journée sur l’élection présidentielle, le 10 mars 2012 au Sénat. Elle se nourrit des textes du Magistère, dont la déclaration des évêques de France sur la présidentielle de 2012 et tente d’en assurer le prolongement à travers l’incitation à l’action concrète de ses participants. Elle fait appel à des intervenants d’horizons divers, théologiens, philosophes, sociologues, journalistes, hommes et femmes politiques, acteurs associatifs, humanitaires, etc. Tous les deux ans, elle organise à la Baume-les-Aix une session d’une semaine destinée aux jeunes professionnels et étudiants pour réfléchir sur l’engagement dans la Cité en tant que chrétien. Ce sera le cas en cet été 2012, du 19 au 26 août. Il lui arrive aussi de participer et d’inviter à des évènements qu’elle co-organise, comme le prochain Forum des jeunes adultes chrétiens « JPentecôte 2012 », du 26 au 28 mai 2012 à Paris. Dans tous les cas, il s’agit de faire vivre cette parole de l’Evangile, « Vous êtes le sel de la Terre et la Lumière du monde » (Matthieu 5, 13-16) ; jeunes chrétiens, nous ne pouvons pas nous contenter d’être les bras croisés, spectateurs du monde, mais nous devons être acteurs dans ce monde. Á chacun de trouver sa manière d’agir dans la Cité. Et c’est le rôle de la PBN que de donner les outils et la boîte à idées pour s’engager sur ce chemin.
 

Logo la politique une bonne nouvelle

Une journée de réflexion et de débat autour des enjeux des élections 2012

Les principaux enjeux y seront analysés et débattus avec des responsables politiques engagés dans les campagnes présidentielle et législative. Ateliers thématiques, débat politique, clôture par Jérôme Vignon, Président des Semaines sociales de France.

Sur le même thème