Fratello : Les personnes de la rue invitées par le Pape

fratello_goûterCe fut en quelque sorte une préfiguration de Fratello, festival européen de la joie et de la miséricorde, programmé à Rome du 11 au 13 novembre 2016 pour (et avec) 6000 personnes en situation d’exclusion. Le 28 septembre, un temps festif précédé de la projection du film Le pape François a rassemblé 150 personnes de la rue et leurs accompagnateurs, à la Maison de la Conférence des évêques de France, à Paris. Par Chantal Joly.

Quelle belle incarnation du vœu du pape François d’une « Eglise pour les pauvres » que la présence de personnes marquées par la vie, hôtes privilégiés des locaux de la Conférence des évêques de France, à Paris ! « C’est un grand honneur de vous recevoir », commentait au nom des évêques de France, Vincent Neymon, le directeur de la communication. Au début de la conférence de presse organisée pour annoncer Fratello, il a évoqué le soutien « sans failles et sans nuages » de l’épiscopat français à cette initiative, ainsi qu’à celle de la promotion du film, déjà projeté en avant-première dans près de 67 salles.

Fratello a une genèse, comme l’a expliqué Alix Montagne qui fut la cheville ouvrière d’un premier pèlerinage de ce type à Rome en octobre 2014 avec 200 personnes en précarité venant de quelques associations. L’intuition ? « Leur montrer que l’Eglise les aime, que le Christ est là pour eux ». Le pari français un peu fou imaginé pour 2016 est de vivre une retraite à l’échelle de l’Europe, pendant trois jours, à l’occasion de l’Année de la Miséricorde, à l’invitation du pape François. « La Miséricorde est pour tous mais plus spécialement pour les plus cabossés par la vie.  […] La présence au Vatican de toutes ces personnes  aura une résonance que personne ne soupçonne aujourd’hui », prédit Etienne Villemain, co-fondateur de l’association « Lazare ». Evoquant la démarche « Diaconia3013-Servons la fraternité », il a ajouté : « Il y a une révolution en marche. […] On ne distingue plus entre accueillis et accueillants, mais ensemble on se reconnaît tous comme des pauvres. Quand on découvre ça, c’est toute l’Église qui change ». « Il peut y avoir une onde d’amour et de miséricorde pour l’Eglise et pour le monde, l’annonce avec la Bonne Nouvelle que personne n’est foutu », a renchéri François Leforestier, de l’association « Aux Captifs la Libération », porte-parole de Fratello.

Il est à signaler que chaque pèlerin contribuera en fonction de ses ressources (RSA, AAH…), parallèlement aux quêtes et aux dons qui assurent le financement du rassemblement. Par ailleurs, une veillée de prière est prévue le 17 octobre, à Notre-Dame-des-Champs (Paris 6e).

En petites fraternités fratello_francois_leforestier

Fratello (« frère » en Italien) a une pédagogie. En effet, expérimenter la fraternité étant l’un des objectifs de cette rencontre, à Rome, les participants vivront en petites fraternités (constituées pour 2/3 de personnes ayant vécu l’exclusion et pour 1/3 d’amis accompagnateurs) les démarches jubilaires et les visites. Ces petites fraternités de 8 à 12 personnes sont déjà en train de se constituer autour de paroisses et de mouvements afin de se préparer à travers un parcours de trois veillées bâties autour des textes de l’Évangile du Bon Samaritain, du psaume du Bon berger et d’un extrait de l’encyclique La Joie de l’Évangile. S’inspirant de la méthode de Diaconia et de son groupe « Place et Parole des Pauvres », une douzaine de personnes se sont ainsi retrouvées à quatre reprises pour tester le livret de ce parcours intitulé « Un chemin vers Rome ». Mais rien de plaqué pour ces groupes de paroisses ou d’associations (Lazare, Le village St-Joseph, Aux Captifs la Libération, Le Secours Catholique…) qui cultivent depuis longtemps des liens entre accompagnants et accompagnés. C’est le cas de l’équipe mixte bénévoles/personnes en fragilité du petit café de la paroisse Saint-Amboise (Paris 11e) qui, pour ses 10 ans d’existence, était déjà parti à Assise et qui, pour ses 20 ans, se mobilise pour partir à Rome.

Cet état d’esprit amical et bienveillant s’est manifesté pleinement lors de la réception organisée dans l’atrium de la Maison des évêques. Après un « Je vous salue Marie » récité par l’assemblée, la projection du film Le Pape François, très applaudi, a été un excellent moyen de se familiariser avec la personnalité du Saint-Père. Le petit goûter qui a suivi était déjà en soi un mini Fratello !

Les temps forts de Fratello à Rome logo_fratello

Vendredi 11 novembre : catéchèse du pape François.

Samedi 12 novembre : rencontre avec des grands témoins le matin et veillée de la Miséricorde présidée par le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, avec possibilité de confession en toutes les langues.

Dimanche 13 novembre : messe avec le pape François dans la basilique Saint-Pierre.

Sur le même thème

  • pape-françois-film

    « Le pape François » de Beda Docampo Feijóo (2016)

    Fiche de l’Observatoire Foi et Culture (OFC 2016, n° 28) sur le film consacré au pape François par le réalisateur Beda Docampo Feijóo. Ana est une journaliste espagnole bientôt quadragénaire, typique de sa génération : parcours professionnel réussi, intérêts multiples, relations cordiales. Pour autant, rien de solide dans sa vie : partagée entre son travail […]