Temps de la création : propositions pour les communautés chrétiennes

L’an dernier, le Pape François a retenu la date du 1er septembre pour instituer dans l’Eglise catholique, une « Journée Mondiale de Prière pour la Sauvegarde de la Création ». L’initiative rejoignait celle des Eglises orthodoxes. Depuis, conformément à la recommandation formulée au 3ème rassemblement œcuménique de Sibiu en Roumanie, les Eglises chrétiennes proposent un « temps de la création », du 1er septembre au 4 octobre. Pour le préparer, nous vous communiquons une fiche contenant des propositions qui pourront être utiles pour préparer ce temps dans vos diocèses. 

Mgr Brunin, président du Conseil Famille et Société de la CEF

Temps de la création

1er septembre au 4 octobre 2016

Ecouter, célébrer, se laisser convertir

Propositions pour les communautés chrétiennes

lever_soleil

Pourquoi un temps de la création ?

C’était à Sibiu, en Roumanie, lors du troisième rassemblement oecuménique européen en septembre 2007 que les 1500 chrétiens et représentants des différentes Églises en Europe ont pris la décision de recommander « un temps de la création » aux Églises : « Nous recommandons de réserver la période du 1er septembre au 4 octobre à la prière pour la protection de la création et la promotion de styles de vie durables faisant reculer notre contribution négative au changement climatique. »

Le 1er septembre est le début de l’année liturgique pour les Églises orthodoxes, ce jour rappelle en particulier l’oeuvre de Dieu dans la création du monde. Le 4 octobre est la fête de St François d’Assise. Par la suite et depuis l’année dernière, le Pape François a retenu également la date du 1er septembre pour instituer une « Journée Mondiale de Prière pour la Sauvegarde de la Création ».

Ce cadre a favorisé l’engagement des Eglises chrétiennes pendant la COP21 : plusieurs manifestations oecuméniques, et même inter-religieuses, ont été organisées à ce moment. Un collectif de mouvements et communautés chrétiennes a coordonné ces actions pendant l’année 2015. Une fois finalisée la COP21, on a voulu garder la dynamique de travail oecuménique autour des questions écologiques. C’était également
une manière de continuer à accompagner nos communautés à réaliser la « conversion écologique » à laquelle Laudato Si’ nous invite. De ce fait, le collectif constitué pour la COP21 a continué à travailler et le nouveau cap établi fut l’organisation du « temps de la création » pour l’année 2016. Cette fiche a été élaborée par ce collectif : elle propose des prières, des texte bibliques, des chants, et des actions diverses pour vivre et célébrer ce « temps de la création ».

Les propositions sont présentées autour de trois temps : écouter, célébrer et se laisser convertir.

Cette fiche sera diffusée notamment via la page « Laudato Si’ » du site Eglise Catholique ainsi que via le site Unité des Chrétiens. Elle se veut évolutive : elle sera régulièrement actualisée avec des nouvelles idées et propositions qui nous arriveront.

Merci à chaque communauté ou mouvement chrétien de nous informer sur chaque manifestation organisée pour ce « temps de la création » à l’adresse du Service National Famille et Société de la CEF

Ecouter

La beauté et les gémissements de la création
A l’occasion d’une sortie en forêt, en montagne ou au bord de la mer, être attentif aux bruits, même les plus légers.
Chez soi faire silence, écouter les bruits de la vie qui nous entoure…

Textes bibliques
Genèse 1 : Dieu créa le ciel et la terre
– Genèse 13 : Abraham et Loth
– Is 24, 5 : « La terre est profanée par ses habitants »
– Jr 12, 4 : « Combien de temps encore la terre sera-t-elle en deuil ? »
– Os 4,1-3 : Lien entre la question sociale et la question écologique
– Job 37, 1-13 : la voix du Seigneur atteint les extrémités de la terre
– Ps 17 : « La terre titube et tremble »
– Ps 49 : « Le Seigneur parle et convoque la terre »
– Ps 76 : « La terre s’agita et frémit »
– Ps 84 : « La vérité germera de la terre »
– Ps 103 : Les splendeurs de la création
– Ps 148 : « Louez le Seigneur, soleil et lune… »
– Mt, 11, 25-30 : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange: ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits »
– Mc 6,30-44 : « Donnez-leur vous-mêmes à manger », la multiplication des pains qui n’est pas un acte magique mais le résultat du partage et dont les restes sont recueillis.
– Ap 21,1-7 : « Je vis un ciel nouveau, une terre nouvelle », vision eschatologique de « la demeure de Dieu avec les hommes » (la maison commune).

Textes de la tradition chrétienne
Patriarche Bartholomée (extrait de son allocution le 31 janvier 2014 à l’institut Catholique de Paris)
Dans cette perspective anthropocentrique qui provient de la Révélation divine telle que transmise par les écritures judéo-chrétiennes, l’homme est considéré comme l’intendant de la création. En effet, c’est à l’homme que Dieu a confié la responsabilité d’être l’intendant, « l’économe » (oikonomos) de la création : d’une part, d’après le commandement divin de « cultiver et garder la terre » (Gn 2, 15), et d’autre part, selon l’exhortation évangélique d’agir comme des « intendants fidèles et prudents » de ce monde (Lc 12, 42). De ce fait, pour la tradition chrétienne, l’environnement naturel n’est pas une mine de ressources destinée à être exploitée par l’homme de manière égoïste et égocentrique, pour sa propre jouissance, mais une création appelée à être en communion avec son Créateur par l’intermédiaire de l’homme qui en est le gardien. Il faut en être conscient et ce n’est qu’à travers cette prise de conscience que nous pourrons comprendre que la crise environnementale que traverse le monde d’aujourd’hui, comme d’ailleurs toutes les autres crises, qu’elles soient économique, financière ou morale, est avant tout une crise spirituelle.

Pape François : Encyclique Laudato Si’
N° 2 : Cette soeur crie en raison des dégâts que nous lui causons par l’utilisation irresponsable et par l’abus des biens que Dieu a déposés en elle. Nous avons grandi en pensant que nous étions ses propriétaires et ses dominateurs, autorisés à l’exploiter. La violence qu’il y a dans le coeur humain blessé par le péché se manifeste aussi à travers les symptômes de maladie que nous observons dans le sol, dans l’eau, dans l’air et dans les êtres vivants. C’est pourquoi, parmi les pauvres les plus abandonnés et maltraités, se trouve notre terre opprimée et dévastée, qui « gémit en travail d’enfantement » (Rm 8, 22). Nous oublions que nous-mêmes, nous sommes poussière (cf. Gn 2, 7). Notre propre corps est constitué d’éléments de la planète, son air nous donne le souffle et son eau nous vivifie comme elle nous restaure.

St Jean de La Croix : Chansons entre l’âme et l’époux
Le calme de la nuit
Toute proche du lever de l’aurore
Musique sans un bruit
Solitude sonore…
« Chansons entre l’âme et l’époux » 14 in Jean de La Croix, La nuit obscure cantique spirituel, nrf. poésie/Gallimard , paris 1997.p 63

Pierre Teilhard de Chardin, L’hymne de l’Univers, LXXVI, Seuil, 2002
« Non, nous ne devons pas hésiter, nous disciples du Christ, à capter cette force qui a besoin de nous et qui nous est nécessaire. Nous devons, au contraire, sous peine de la laisser se perdre et de dépérir nous-mêmes, participer aux aspirations, d’essence authentiquement religieuse, qui font si puissamment sentir aux Hommes d’aujourd’hui l’immensité du Monde, la grandeur de l’esprit, la valeur de toute vérité nouvelle. C’est à cette école que notre génération chrétienne réapprendra à attendre. Nous nous sommes pénétrés longuement de ces perspectives : le progrès de l’Univers et spécialement de l’Univers humain n’est pas une concurrence faite à Dieu, ni une déperdition vaine des énergies que nous lui devons. Plus l’Homme sera grand, plus l’Humanité sera unie, consciente et maitresse de sa force, plus aussi la Création sera belle, plus l’adoration sera parfaite, plus le Christ trouvera , pour des extensions mystiques, un Corps digne de résurrection.[..] l’Astre que le Monde attend, sans pouvoir encore prononcer son nom, sans apprécier exactement sa vraie transcendance, sans pouvoir même distinguer les plus spirituels, les plus divins de ses rayons, c’est forcément le Christ même que nous espérons. Pour désirer la parousie, nous n’avons qu’à laisser battre en nous, en le christianisant, le coeur même de la Terre. » L’hymne de l’univers, LXXVI, Seuil, 2002

St Augustin : sur le Ps 130
« Ce temple de Dieu, ce Corps du Christ, cette assemblée de fidèles, n’a qu’une voix, et dans le Psaume elle chante comme un homme unique…
Que chacun de vous examine donc comment il écoute…
Ecoute-t-il en continuant à se préférer ?
Ecoute- t-il pour se mettre à l’Unisson,
Pour reconnaître qu’il entend là sa propre voix,
Pour joindre la voix de son coeur à la voix de ce psaume ? »
Méditer avec St Augustin, introduction et florilège rassemblé par dom Lin Donnat, ed Salvator, 2014, p138.

Des oeuvres musicales
Darius Milhau, la Création

Joseph Haydn, la Création

Olivier Messiaen, St François d’Assise

Célébrer

Les sacrements : sont signe de la présence de Dieu dans nos vies aux différents moments de notre histoire. On pourrait les accompagner des gestes ou symboles naturels qui évoquent la vie dans chacune des ces étapes. Par exemple, pour chaque baptême planter un arbre. Ce geste pourrait être associé également à la fin de la vie, comme signe d’une vie qui renaîtra autrement parmi les vivants.

L’offertoire : le mois de septembre est celui des récoltes, on pourrait ainsi apporter des ruits lors de l’offertoire pour signifier la vie reçue à travers la terre.
Le Diocèse de Paris propose une prière pour accompagner la procession de l’offrande du pain et du vin :

La prière des heures : dans les trois confessions chrétiennes on a la tradition de la prière des heures (laudes et vêpres notamment). On pourrait organiser une fois ou de manière régulière pendant le temps de la création, des laudes et/ou des vêpres ensemble avec des communautés proches des trois confessions.

Habiter l’espace : un effort particulier pourrait être fait pendant le temps de la création pour « habiter » les lieux de célébration avec des symboles de la création. Par exemple des décorations florales, mais également des globes signifiant l’univers. L’initiative « Vigiles pour la terre » propose des indications pratiques pour la construction des globes

Des intentions de prière adaptées pour chaque dimanche.Voici quelques propositions en fonction de l’évangile de chaque dimanche.

Dimanche 4 septembre : Luc, 14,25-33
En ce temps de rentrée, de projets, de nouveaux engagements que le Seigneur nous aide à nous poser, à faire silence, à écouter sa Parole. Que nos choix s’inscrivent dans la fidélité à son amour et le respect de sa Création. Prions le Seigneur.

Dimanche 11 septembre: Luc, 15,1-32
Seigneur tu nous as confié ta création. Aide nous à revenir à toi, à mesurer ta générosité et à vivre comme des enfants. Seigneur nous te prions.

Dimanche 18 septembre Luc 16,10-13
Seigneur purifie notre rapport à l’argent. Eclaire-nous pour que nous en fassions un instrument et non un maitre. Rends nous attentif à la gratuité et à la beauté de la nature qui nous entoure. Seigneur nous te prions.

Dimanche 25 septembre Luc 16 19-31
Comme le riche, nous ne voyons ni n’entendons la misère à notre porte, à nos frontières. Seigneur, ouvre nos oreilles, nos yeux, notre coeur et que chaque homme et chaque femme puisse bénéficier des fruits de la Création que tu nous donnes. Seigneur nous te prions.

Dimanche 2 octobre Luc 17,5-10
Le temps liturgique de la Création prend fin. Que le Seigneur fasse de nous des gestionnaires fidèles au service de la création que nous devons protéger et transmettre afin qu’elle continue à chanter la gloire de Dieu. Prions le Seigneur.

Prières : la prière de St François d’Assise ainsi que les deux prières à la fin de l’encyclique Laudato Si’

Chanter : des chants tirés du recueil œcuménique « Ensemble »
– Ps 8 Seigneur notre Dieu, p14
– Je louerai l’Eternel, p15
– Aujourd’hui ne fermons pas notre coeur mais écoutons, Ps 95, p 45
– Ouvrez vos coeurs n°302, p185
– Roi céleste n°303, p 187
– O Seigneur envoie ton esprit, n°333, p213
– Ouvre mes yeux n°369, p 243
– A ce monde que tu fais, n°413, p 274
– Au coeur de ce monde, n°460, p 316
– Que tes œuvres sont belles, n°631, p 420

Se laisser convertir

Pistes d’action individuelle ou en famille :
– Choisir un repas de la semaine, pris en silence ou accompagné d’une musique douce
– Commencer et finir ce temps de la création sans viande ni poisson pour être plus à l’écoute de la Création
– Vivre au cours de la semaine une journée sans achat
– Prendre un temps de silence au milieu de l’agitation d’une journée.
– Ouvrir un ou plusieurs repas de la semaine par un Benedicite en lien avec la création et ceux qui en vivent.
– Pendant le temps de la création, utiliser exclusivement des transports en commun ou peu consommateurs d’énergie : autobus, co-voiturage, vélo…
En groupe, faire des « rencontres improbables » :
– En milieu rural, aller visiter des agriculteurs : une population en lien direct avec la nature et très atteinte par la crise agricole.
– En ville, rendre visite à des personnes isolées : l’écologie n’est pas seulement environnementale mais également sociale et sociétale.
– Dans nos communautés et paroisses : proposer que chaque personne invite une personne de la communauté qu’elle ne connaît pas prendre un repas chez soi.
– Organiser une sortie en groupe en forêt ou dans un lieu naturel et prendre des photos de la nature, qui pourraient ensuite être partagées.
– Aller à la rencontre des personnes ayant fait des choix de vie en accord avec le respect de la nature. Plusieurs communautés religieuses à visiter :
o les dominicaines de Taulignan
o communauté de Pomeyrol
o le monastère de Solan
Des initiatives diverses sur le site www.laudatosi.catholique.fr