« Ecclésiodiversité » au colloque « Biodiversité et foi chrétienne »

jean_hugues_bartet

Une centaine de chrétiens rassemblés par l’environnement : une première à la maison de la Conférence des Évêques de France. Le 5 juin 2010, la journée « Biodiversité et foi chrétienne » a permis de partager des expériences, de se nourrir de la réflexion de spécialistes et d’entrer dans la contemplation de la nature ainsi que dans la louange du Créateur.
 
« Heureusement qu’il y a eu cette journée, sinon je n’aurais jamais imaginé que les évêques puissent s’intéresser à la biodiversité. Les franciscains, peut-être, mais les évêques !… » C’était le samedi 5 juin 2010, à la fin de la journée « Biodiversité et foi chrétienne », organisée par le service national Famille et Société de la Conférence des Evêques de France et Pax Christi. Cette participante demandait déjà quand aurait lieu la prochaine rencontre.

Pour la centaine de participants, venue de toute la France et même de Suisse et des Pays-Bas, la rencontre s’est tissée autour de trois dynamiques. D’abord, un partage d’expériences très diverses et souvent riches a eu lieu, en ateliers et dans les rencontres personnelles : de la randonnée biblique au groupe de travail élaborant un kit de lancement d’« Agenda 21 » ; de la création d’une réserve naturelle avec une pédagogie chrétienne, au lancement d’une revue ouvrant au sens spirituel de l’écologie, en passant par l’organisation de célébrations œcuméniques ou inter-religieuses du Créateur. Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes et président du groupe de travail sur l’environnement que viennent de se donner les évêques, s’est réjoui de cette « ecclésiodiversité » qui peut nous aider à faire communauté avec toute la Création.
 

Une célébration œcuménique du Créateur, autour de textes de la Genèse

Ensuite, trois apports se sont croisés. Jacques Blondel, biologiste, a mis en évidence que ce qui est le plus précieux dans la diversité des formes de vie, c’est l’association de leurs complémentarités. Le développement de la vie se fait grâce aux inter-relations entre les êtres vivants. Jean Bastaire, pionnier de la réflexion chrétienne sur l’écologie, a surpris son auditoire en constatant, chez Paul Claudel, l’expression d’une théologie de l’écologie. Il y a, entre toutes les créatures, un lien de cette charité si chère aux chrétiens dans leur relation à Dieu et aux hommes. Elena Lasida, spécialiste du développement durable, a invité les participants à déchiffrer plusieurs convergences entre biodiversité, message biblique et questions économiques.

La troisième dynamique de cette journée était celle de l’expérience vécue. Un atelier a entraîné les participants dans le jardin de la Conférence des évêques pour y observer les oiseaux et découvrir ces minuscules animaux qui rendent un sol vivant. Puis, dans celui de la paroisse St François-Xavier, à proximité, c’est l’exubérance des plantes et des fleurs qui a enchanté le regard ; y compris une collection de plantes dont parle la Bible. Un bouquet en a été cueilli, apporté dans la chapelle pour la célébration finale. Célébration œcuménique du Créateur, autour de textes de la Genèse. « Et quand, de cette assemblée qui avait réfléchi, discuté et partagé, s’est élevé le chant du Notre-Père, à plusieurs voix entremêlées de chants d’oiseaux, beaucoup ont ressenti que le lien entre biodiversité et foi chrétienne n’était plus simplement une idée : nous le vivions ».

Jean-Hugues Bartet
Directeur adjoint chargé du département « Environnement et Modes de Vie »
Service National « Famille et Société »

Sur le même thème