Dimanche 27 avril : commentaires de Marie Noëlle Thabut

 

PREMIERE LECTURE - Actes des Apôtres 2, 42-47

Dans les premiers jours de l'Eglise,
42 les frères étaient fidèles
à écouter l'enseignement des Apôtres
et à vivre en communion fraternelle,
à rompre le pain
et à participer aux prières.
43 La crainte de Dieu était dans tous les coeurs ;
beaucoup de prodiges et de signes
s'accomplissaient par les Apôtres.
44 Tous ceux qui étaient devenus croyants vivaient ensemble,
et ils mettaient tout en commun ;
45 Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens,
pour en partager le prix entre tous
selon les besoins de chacun.
46 Chaque jour, d'un seul coeur,
ils allaient fidèlement au Temple,
ils rompaient le pain dans leurs maisons,
ils prenaient leurs repas avec allégresse et simplicité.
47 Ils louaient Dieu
et trouvaient un bon accueil auprès de tout le peuple.
Tous les jours, le Seigneur faisait entrer dans la communauté
ceux qui étaient appelés au salut.

Voilà un flash de la toute première communauté chrétienne comme Saint Luc aime en donner dans les Actes des Apôtres. A plusieurs reprises (j'en compte quatre) il dresse en une ou plusieurs lignes un portrait de ce type ; on dirait des photos de famille, en quelque sorte, des instantanés pris sur le vif.

Additionnés, ils dessinent un portrait qui nous paraît presque idyllique de la vie des premiers chrétiens : assidus à l'enseignement des apôtres et à la prière, vivant dans la louange du Seigneur et mettant tout en commun, semant sur leur passage de multiples guérisons et recrutant sans cesse de nouveaux membres...

Ce qui n'empêche pas Luc de raconter par ailleurs quelques difficultés bien concrètes de ces mêmes communautés... Ananie et Saphire par exemple, qui ont eu du mal à pratiquer jusqu'au bout le partage des biens, et, plus grave encore, les difficultés de coexistence entre Chrétiens d'origine juive et Chrétiens d'origine païenne...

On peut se demander quel message Luc veut nous faire passer en dressant ainsi ces portraits si beaux, presque irréels ? Cela fait penser aux photos de famille des jours de fête qui habillent les murs de nos maisons, les albums de photos ou les pêle-mêle que nous aimons regarder. Evidemment, on a sélectionné les meilleures photos ; en les regardant, nous prenons conscience de la beauté de nos familles et de la joie de certains jours privilégiés.

Pour saint Luc, c'est certainement cela, mais c'est aussi beaucoup plus que cela : c'est la preuve que les temps messianiques sont arrivés. Les apôtres sont devenus capables de vivre en frères, grâce au don de l'Esprit ; voilà, nous dit-il, ce que l'Esprit nous rend capables de faire : lui qui « poursuit son œuvre dans le monde et achève toute sanctification ». Voilà la marque de l'Esprit répandu sur le monde par le Messie : c'est bien ce qu'avaient promis les prophètes. La fraternité, la paix, la justice, l'abolition du mal sont les valeurs du Royaume de Dieu que devait instaurer le Messie ; or les premiers chrétiens en ont donné l'exemple à plusieurs reprises !

C'est donc la preuve que Jésus est bien le Messie attendu, la preuve qu'il a répandu l'Esprit de Dieu sur le monde. Alors on comprend la phrase : « La crainte de Dieu était dans tous les cœurs » : c'est l'émerveillement devant l'œuvre de Dieu. Luc nous dit : voyez mes frères, les premiers signes du Royaume sont bien là ; voilà ce que l'Esprit Saint nous permet de vivre dans nos familles, nos paroisses et nos communautés lorsque nous nous laissons guider par lui dans la lumière de Pâques. Depuis la Résurrection du Christ, l'humanité nouvelle est née, celle qui grandit lentement autour et à l'image du Fils de Dieu. Saint Paul dirait : regardez, nous sommes vraiment ressuscités ! C'est-à-dire « nous vivons vraiment d'une vie nouvelle, le vieil homme (l'ancien comportement) est mort ».

Luc, le païen converti, s'émerveille de l'expansion irrésistible de l'évangile : « Tous les jours, le Seigneur faisait entrer dans la communauté ceux qui étaient appelés au salut ». Je remarque, au passage, que c'est le Seigneur qui les y faisait entrer ! A nous, que nous est-il demandé ? Peut-être, tout simplement, d'être de vraies communautés chrétiennes, dignes de ce nom. Car c'est par sa vie bien concrète que la communauté porte témoignage de la Résurrection du Christ : une vie faite de partage de la Parole et du pain, de prière, de partage de tous les biens de chacun, le tout dans la joie ! C'est le monde à l'envers !

En particulier, le dépouillement personnel et le partage de tous les biens, voilà bien la chose irréalisable pour des hommes ordinaires... à moins qu'ils ne soient habités par l'Esprit de Dieu, celui que le Christ lui-même leur a insufflé. Jésus avait bien dit : « C'est à l'amour que vous aurez les uns pour les autres que l'on vous reconnaîtra pour mes disciples ». C'est cela qui prouvera au monde entier que Jésus est vivant ; voilà qui juge une fois pour toutes nos querelles et nos médisances, nos intolérances et nos divisions, nos refus de partager.

Il ne nous est pas interdit, bien sûr, de puiser dans ces beaux portraits des critères de vérification de la qualité de nos propres communautés (familles, équipes, communautés chrétiennes). C'est un peu comme si nous Luc nous disait : A bon entendeur salut !

Car, finalement, c'est bien un programme de vie chrétienne que nous venons d'entendre ; si je compte bien, il y a quatre points : écouter l'enseignement des Apôtres, vivre en communion fraternelle, y compris le partage de tous les biens, rompre le pain et participer aux prières.

Pour finir, il me semble que la très grande Bonne Nouvelle de ce texte, c'est que ce nouveau comportement inspiré par l'Esprit Saint est possible ! Tout comme les photos des jours de fête nous rappellent les possibilités d'amour de nos familles !

Mais cela peut aussi nous inspirer quelques questions : je m'arrête à l'une des expressions de Luc : « Les frères étaient fidèles à rompre le pain ». Nous dirions aujourd'hui l'Eucharistie. Cela veut dire au moins trois choses : d'abord, la messe du dimanche (pour ceux qui ont la chance d'en avoir une à leur portée), est beaucoup plus qu'une obligation, c'est une nécessité vitale ! Parce que la pratique eucharistique est indispensable à chacun d'entre nous pour sa vie de foi ; ensuite, plus grave encore, c'est la communauté qui est privée de l'un de ses membres chaque fois que l'un d'entre nous ne participe pas à l'eucharistie.

Enfin, troisième chose, une communauté est gravement pénalisée quand elle est privée de ce ressourcement régulier : cela pose évidemment tout le problème de tant de communautés chrétiennes privées de prêtre parfois depuis longtemps, pendant que certaines paroisses de ville offrent un large échantillonnage d'heures de messes pour satisfaire toutes les exigences. Nous ne pouvons qu'admirer le dynamisme de la foi de ceux d'entre nous qui savent faire vivre leurs communautés malgré l'absence de prêtre.
 

PSAUME 117 ( 118 )

1 Rendez grâce au SEIGNEUR : il est bon !
Eternel est son amour !
4 Qu'ils le disent, ceux qui craignent le SEIGNEUR :
Eternel est son amour !

13 On m'a poussé, bousculé pour m'abattre ;
mais le SEIGNEUR m'a défendu.
14 Ma force et mon chant, c'est le SEIGNEUR ;
il est pour moi le salut.

19 Ouvrez-moi les portes de justice :
j'entrerai, je rendrai grâce au SEIGNEUR.
21 Je te rends grâce car tu m'as exaucé :
tu es pour moi le salut.

22 La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d'angle :
23 c'est là l'oeuvre du SEIGNEUR,
la merveille devant nos yeux.

24 Voici le jour que fit le SEIGNEUR,
qu'il soit pour nous jour de fête et de joie !
25 Donne, SEIGNEUR, donne le salut !
Donne, SEIGNEUR, donne la victoire !

Nous avons déjà chanté ce psaume 117/118 pendant la nuit pascale et le jour même de Pâques. Et même, chaque dimanche ordinaire, il fait partie de l'Office des Laudes dans la liturgie des Heures (ou le Bréviaire si vous préférez). Pas étonnant : pour les Juifs, ce psaume concerne le Messie ; pour nous, Chrétiens, quand nous célébrons la Résurrection du Christ, nous reconnaissons en lui le Messie attendu par tout l'Ancien Testament, le roi véritable, le vainqueur de la mort. C'est donc à ce double niveau de l'attente juive et de la foi chrétienne que je vous propose de l'entendre.

Le sens de ce psaume dans la foi juive :

C'est un psaume de louange : il commence d'ailleurs par le mot « Alleluia » qui signifie « louez Dieu » et qui donne bien le ton de l'ensemble ; ensuite, il comporte vingt-neuf versets et sur cet ensemble de vingt-neuf versets, il y a plus de trente fois le mot « SEIGNEUR » (les fameuses quatre lettres du nom de Dieu en hébreu) ou au moins « Yah », qui en est la première syllabe... et ce sont autant de phrases de louange pour la grandeur de Dieu, l'amour de Dieu, l'oeuvre de Dieu pour son peuple... Une vraie litanie !

Ce psaume de louange est prévu pour accompagner un sacrifice d'action de grâce au cours de la fête des Tentes, cette fête très importante et très joyeuse qui dure huit jours en automne : on a des traces de la joie de cette fête dans le texte même du psaume ; par exemple : « Voici le jour que fit le SEIGNEUR, jour de fête et jour de joie ».

Je vous rappelle les rites les plus importants de cette fête : tout d'abord, on habite pendant huit jours sous des tentes en souvenir des tentes de l'Exode après la sortie d'Egypte, pour retrouver le goût de l'Alliance. Ensuite, il y a de nombreuses célébrations au temple de Jérusalem et l'on fait des processions autour de l'autel en agitant des rameaux et en chantant « Hosanna » qui signifie « Donne, SEIGNEUR, donne le salut » ; parce que l'attente du Messie est très marquée dans l'esprit de cette fête, on répète « Béni soit au nom du SEIGNEUR celui qui vient », comme une sorte de prière pour hâter sa venue. (Nous faisons quelque chose d'analogue quand nous célébrons - déjà ! - une fête du Christ-Roi.) Un autre rite marquant était une grande illumination spectaculaire du Temple, le dernier soir. Tous ces rites, nous pouvons en entendre l'écho dans ce psaume, à condition de le lire en entier.

Voici quelques autres versets que nous n'entendons pas dans la liturgie de ce deuxième dimanche de Pâques : « Clameurs de joie et de victoire sous les tentes des justes... Rameaux en main, formez vos cortèges jusqu'auprès de l'autel. »... « Béni soit au nom du SEIGNEUR celui qui vient »... « Dieu, le SEIGNEUR, nous illumine » (allusion à l'illumination du dernier soir).

Tout ceci, ce sont les mots de la louange ; voici les motifs maintenant : pour parler de l'histoire d'Israël, le psaume raconte l'histoire d'un roi qui vient d'affronter une guerre sans merci et qui a remporté la victoire ; et ce roi vient rendre grâce à son Dieu de l'avoir soutenu. Il dit par exemple : « on m'a poussé, bousculé pour m'abattre, mais le SEIGNEUR m'a défendu »... et encore « toutes les nations m'ont encerclé : au nom du SEIGNEUR, je les détruis » et encore : « non, je ne mourrai pas, je vivrai, et j'annoncerai les oeuvres du Seigneur ». C'est donc un individu qui parle ici, un roi qui a miraculeusement échappé à toutes les attaques des pays qui l'assaillaient ; mais, en réalité, nous savons ce qu'il faut lire entre les lignes : c'est l'histoire du peuple d'Israël. De nombreuses fois au cours de son histoire, il a frôlé l'anéantissement ; mais à chaque fois le Seigneur l'a relevé et il chante dans cette grande fête des tentes : « Non, je ne mourrai pas, je vivrai, et j'annoncerai les oeuvres du SEIGNEUR ». Ce rôle de témoin des oeuvres du Seigneur, c'est la vocation propre d'Israël ; et c'est dans la conscience même de cette vocation qu'il a puisé la force de survivre à toutes ses épreuves au long de l'histoire.

Et maintenant, quelques mots sur le sens de ce psaume pour les Chrétiens :

Tout d'abord, vous avez remarqué la parenté entre la fête juive des Tentes et l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, que nous commémorons dans la fête des Rameaux.

Mais surtout, la jubilation qui court dans ce psaume convient au Ressuscité du matin de Pâques ! Il est ce roi victorieux : les évangélistes, chacun à sa manière, nous l'ont présenté comme le roi véritable : pour n'en citer qu'un, par exemple, Matthieu a construit l'épisode de la visite des Mages de manière à bien nous faire comprendre que le véritable roi n'est pas celui que disent les historiens (c'est-à-dire Hérode) mais l'enfant de Bethléem... ou bien Jean, dans le récit de la Passion, nous présente bien Jésus comme le vrai roi des Juifs...

En méditant le mystère de ce Messie rejeté, méprisé, crucifié, les apôtres ont découvert un nouveau sens à ce psaume : Jésus est cette pierre angulaire, rejetée par les bâtisseurs et qui devient la pierre maîtresse ; (sur la pierre angulaire, voir le commentaire du psaume 117/118 pour le dimanche de Pâques) ; lui, rejeté par son peuple, il est devenu la pierre de fondation de l'Israël nouveau.

Il est vraiment « celui qui vient au nom du SEIGNEUR » comme dit le psaume : l'expression même a été employée lors de son entrée solennelle à Jérusalem.

Enfin, on sait que ce psaume était chanté à Jérusalem à l'occasion d'un sacrifice d'action de grâce ; Jésus, lui, vient d'accomplir « le » sacrifice d'action de grâce par excellence ! Il prend la tête de l'Israël nouveau qui rend grâce à Dieu son Père : c'est même ce qui caractérise Jésus. Toute son attitude envers son Père n'est qu'action de grâce et c'est cela justement qui inaugure entre Dieu et l'humanité l'Alliance nouvelle : celle où l'humanité n'est que réponse d'amour à l'amour du Père.
 

DEUXIEME LECTURE - Première lettre de saint Pierre Apôtre 1, 3-9

3 Béni soit Dieu, le Père de Jésus Christ notre Seigneur :
dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître
grâce à la résurrection de Jésus Christ
pour une vivante espérance,
4 pour l'héritage qui ne connaîtra
ni destruction, ni souillure, ni vieillissement.
Cet héritage vous est réservé dans les cieux,
5 à vous que la puissance de Dieu garde par la foi,
en vue du salut qui est prêt à se manifester à la fin des temps.
6 Vous en tressaillez de joie,
même s'il faut que vous soyez attristés,
pour un peu de temps encore, par toutes sortes d'épreuves ;
7 elles vérifieront la qualité de votre foi
qui est bien plus précieuse que l'or
(cet or, voué pourtant à disparaître,
qu'on vérifie par le feu).
Tout cela doit donner à Dieu louange, gloire et honneur
quand se révélera Jésus Christ,
8 lui que vous aimez sans l'avoir vu,
en qui vous croyez sans le voir encore ;
et vous tressaillez d'une joie inexprimable
qui vous transfigure,
9 car vous allez obtenir votre salut
qui est l'aboutissement de votre foi.
 

Il y a un tel souffle de liberté dans le passage que nous avons entendu que certains se demandent si Pierre n'a pas repris une hymne qu'on chantait pendant les baptêmes... On n'en a pas la preuve, mais c'est en tout cas une hypothèse intéressante qui peut nous aider à mieux comprendre ce texte.

On y reconnaît facilement trois strophes : je commence par les distinguer tout simplement en vous donnant un résumé de chacune d'elles :

Première strophe, le début de notre texte (les versets 3, 4, 5) : Béni soit Dieu... Il nous a fait renaître par la Résurrection du Christ et désormais nous vivons dans la foi et l'espérance ; comme dit un chant bien connu : « Dieu fait de nous en Jésus-Christ des hommes libres... »

Deuxième strophe, les versets suivants (6 et 7) : l'espérance nous fait tressaillir de joie déjà, mais nous sommes encore dans le temps de l'épreuve de notre foi ;

Troisième strophe, les derniers versets (8 et 9) : heureux ceux qui croient sans avoir vu ; notre foi nous procure déjà une joie inexprimable qui nous transfigure.

Vous avez remarqué déjà le mot « foi » qui figure dans les trois strophes : pas étonnant, si on

est dans une célébration de baptême ; et aussi une joie formidable, il dit « inexprimable », malgré les épreuves présentes : cela s'adresse visiblement à des communautés chrétiennes qui vivent en monde hostile ; il faut croire que c'était le cas des lecteurs de Pierre.

Je reprends les trois strophes une à une : « Béni soit Dieu, le Père de Jésus-Christ notre Seigneur » : la tournure est juive, la formule est chrétienne ; commencer par une grande bénédiction de Dieu, c'est typique de la prière juive ; et c'est certainement quelqu'un qui a beaucoup chanté les psaumes qui peut écrire un texte pareil ! Mais le contenu est chrétien : dans les psaumes, Dieu est chanté comme le Dieu des Pères, Abraham, Isaac, Jacob... désormais la Révélation a franchi un pas décisif : Dieu est connu maintenant comme Père de Jésus-Christ et c'est par Jésus-Christ qu'il accomplit son dessein sur l'humanité.

« Dieu nous a fait renaître grâce à la Résurrection de Jésus-Christ » : comme Jésus lui-même dans son dialogue avec Nicodème, Pierre parle du baptême comme d'une nouvelle naissance et cette nouvelle naissance a sa source dans la résurrection du Christ ; aujourd'hui, nous, après deux mille ans de Christianisme, sommes tellement habitués à la formule « Jésus-Christ est ressuscité » que nous ne ressentons peut-être plus aucun choc à la dire ; mais les premiers Chrétiens vivaient cela comme une véritable révolution : désormais, pour eux, la face du monde était changée ; comme dit Paul, le monde ancien s'en est allé, un nouveau monde est né (2 Co 5).

On retrouve aussi très fortement chez Pierre un autre thème habituel de Paul : la tension entre le présent et l'avenir : tout est déjà accompli dans la résurrection du Christ et donc il parle au passé : « Dieu nous a fait renaître »... tout est joué, si l'on peut dire ; mais tout reste encore à venir : nous sommes tendus vers le « salut qui est prêt à se manifester à la fin des temps » comme dit Pierre.

Ce mot « salut », on pourrait le traduire par « vie »... « qui ne connaît ni destruction, ni souillure ni vieillissement » ; on pourrait le traduire aussi par « libération » de tout ce qui est justement « destruction, souillure, vieillissement ». Un salut, une libération déjà accomplie en Jésus-Christ mais dans laquelle toute l'humanité n'est pas encore entrée, et c'est cela qui reste à venir.

C'est ce « déjà accompli » qui nous fait dès maintenant « tressaillir de joie » comme dit Pierre ; les jours où nous sommes moroses sont peut-être bien ceux où nous perdons de vue cette grande nouvelle de Pâques : la grande nouvelle qui est que l'amour et la vie sont plus forts que toutes les haines et que la mort ; mais il est vrai que, dans certaines situations, cette certitude a tendance à s'estomper et notre foi est alors mise à l'épreuve ! Et la deuxième strophe le dit bien : « Vous êtes attristés pour un peu de temps encore par toute sorte d'épreuves », dit Pierre. La suite de la lettre laisse entrevoir les difficultés dont il s'agit, probablement l'hostilité rencontrée par ces jeunes Chrétiens qui font figure de marginaux en monde païen.

La dernière strophe reprend ce thème de la foi dans le temps de l'attente ; Pierre, lui, a eu le privilège de connaître, de côtoyer longuement Jésus-Christ, mais il s'adresse à des chrétiens qui n'ont pas connu Jésus et il développe pour eux la béatitude que Jésus avait dite à Thomas « Heureux ceux qui croient sans avoir vu » et il les encourage : « Vous l'aimez sans l'avoir vu, vous croyez en lui sans le voir encore... et vous tressaillez d'une joie inexprimable qui vous transfigure » : quand il emploie le mot « transfigurer », Pierre sait de quoi il parle, lui qui a eu le privilège d'assister à la transfiguration de Jésus : et sur le visage des Chrétiens, il retrouve un reflet de la lumière qui irradiait Jésus lui-même.

Cette insistance de Pierre sur la joie des chrétiens, une joie à la fois inexprimable et plus forte que toutes les épreuves passagères, résonne comme un appel ! Peut-être nos contemporains attendent-ils tout simplement de voir sur nos visages un reflet de Jésus transfiguré ?

-----------------

Complément

Traditionnellement, ce dimanche s'appelait « in albis », ce qui veut dire « en vêtements blancs ». Car les nouveaux baptisés de la Nuit de Pâques avaient porté leur robe de Baptême pendant toute la semaine pascale. Et ce dimanche figurait pour eux comme une fête des baptisés.
 

EVANGILE - Jean 20, 19-31

C'était après la mort de Jésus,
19 le soir du premier jour de la semaine.
Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient,
car ils avaient peur des Juifs.
Jésus vint, et il était là au milieu d'eux.
Il leur dit :
« La paix soit avec vous ! »
20 Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté.
Les disciples furent remplis de joie
en voyant le Seigneur.
21 Jésus leur dit de nouveau :
« La paix soit avec vous !
De même que le Père m'a envoyé, moi aussi, je vous envoie.
22 Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle
et il leur dit : « Recevez l'Esprit Saint.
23 Tout homme à qui vous remettrez ses péchés,
ils lui seront remis ;
tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés,
ils lui seront maintenus. »
24 Or, l'un des Douze, Thomas
(dont le nom signifie : « jumeau »)
n'était pas avec eux, quand Jésus était venu.
25 Les autres disciples lui disaient :
« Nous avons vu le Seigneur ! »
Mais il leur déclara :
« Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous,
si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous,
si je ne mets pas la main dans son côté,
non, je n'y croirai pas. »
26 Huit jours plus tard,
les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison
et Thomas était avec eux.
Jésus vient alors que les portes étaient verrouillées,
et il était là au milieu d'eux.
Il dit : « La paix soit avec vous ! »
27 Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ;
avance ta main, et mets-là dans mon côté :
cesse d'être incrédule,
sois croyant. »
28 Thomas lui dit alors :
« Mon Seigneur et mon Dieu ! »
29 Jésus lui dit : « Parce que tu m'as vu, tu crois.
Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
30 Il y a encore beaucoup d'autres signes
que Jésus a faits en présence des disciples
et qui ne sont pas écrits dans ce livre.
31 Mais ceux-là y ont été mis
afin que vous croyiez
que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu,
et afin que, par votre foi, vous ayez la vie en son nom.

« C'était après la mort de Jésus, le soir du premier jour de la semaine », c'est-à-dire le dimanche : ce n'est pas seulement une précision matérielle que Saint Jean nous donne : c'est plutôt comme un clin d'oeil ; quand Jean écrit son évangile, il y a déjà à peu près cinquante ans que les faits se sont passés... cinquante ans que les Chrétiens se réunissent chaque dimanche pour fêter la Résurrection de Jésus... le clin d'oeil, c'est « vous comprenez pourquoi on se rassemble chaque dimanche ? » Ce rassemblement du dimanche était une caractéristique des Chrétiens dans le monde juif.

Car, pour les Juifs, depuis des siècles, le dimanche était un jour de travail comme les autres, le premier jour de la semaine ; c'est le septième jour, le samedi (le shabbat) qui était jour de fête, de repos, de rassemblement, de prière.

Or, c'est un lendemain de shabbat que Jésus est ressuscité, et, plusieurs fois de suite, il s'est montré vivant à ses apôtres après sa Résurrection, chaque fois le premier jour de la semaine : si bien que pour les Chrétiens, ce jour-là a pris un sens particulier. Ce premier jour de la semaine leur paraît à eux être le premier jour des temps nouveaux : comme la semaine de sept jours des Juifs rappelait les sept jours de la Création, cette nouvelle semaine qui a commencé par la Résurrection du Christ a été comprise par les Chrétiens comme le début de la nouvelle Création.

« Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint et il était là au milieu d'eux ». Jean souligne le contraste : les disciples sont enfermés, ils ont peur et, humainement, on les comprend ! Si on a tué le Maître, on peut bien tuer les disciples. Cela ne souligne que mieux la liberté du Christ. Tout est verrouillé, cela n'a pas l'air d'être un problème pour lui ! Il ne connaît pas les verrous, mais surtout, il n'a pas l'air de connaître la peur !

Et, précisément, sa première parole, c'est « la Paix soit avec vous »... C'était le salut juif habituel... mais quand même c'est une étrange salutation après tout ce qu'on vient de vivre ! La crainte, l'angoisse des derniers mois avant l'arrestation de Jésus, l'horreur de sa Passion et de sa mort, la nuit du Jeudi, la journée du vendredi, et ce silence du samedi, une fois Jésus mis au tombeau ... Est-ce qu'on peut être dans la Paix... comme si rien n'était arrivé ?

Et en même temps, c'est fou, mais c'est bien vrai quand même : Il est bel et bien vivant... et, pour le prouver, il montre ses plaies qui sont les marques de la crucifixion. Au passage, je remarque que les marques sont bien là dans ses mains, ses pieds, son côté : la Résurrection ne gomme donc pas la mort.

Alors, même si cela paraît fou, Saint Jean nous dit « les disciples furent remplis de joie ! » C'est inouï ce qui leur arrive ! Et, à ce moment-là, Saint Jean continue : « Jésus leur dit de nouveau : La Paix soit avec vous ». Alors, ils peuvent réellement être dans la Paix... non pas comme si rien n'était arrivé... mais malgré ce qui est arrivé : parce que cette Paix du Ressuscité est très au-delà de ce qui peut arriver !

« Ayant ainsi parlé, Jésus répandit sur eux son souffle, et il leur dit : Recevez l'Esprit-Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis. Tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. » On est frappés du lien entre le don de l'Esprit et la mission de réconciliation : dans la Bible, l'Esprit est toujours donné pour une mission ; et il n'y a pas d'autre mission en définitive que de réconcilier les hommes avec Dieu : tout le reste en découle.

C'est un ordre, un commandement que Jésus donne : « De même que le Père m'a envoyé, moi aussi, je vous envoie » Allez annoncer que les péchés sont remis, c'est-à-dire pardonnés. Soyez les ambassadeurs de la réconciliation universelle. Et, si vous n'y allez pas, cette Nouvelle de la Réconciliation ne sera pas annoncée : le Père a besoin de vous pour cela. « Comme le Père m'a envoyé... » : on a ici, de la bouche même de Jésus-Christ un résumé de toute sa mission ; c'est comme s'il nous disait : « Le Père m'a envoyé pour annoncer la réconciliation universelle, pour annoncer que les péchés sont pardonnés. Que Dieu ne tient pas des comptes des péchés des hommes ; annoncer une seule chose : que Dieu est Amour et Pardon... à votre tour, je vous envoie pour la même mission. » Le seul péché, celui qui est la racine de tous les autres, c'est de ne pas croire à l'amour de Dieu : vous donc, je vous envoie, allez annoncer à tous les hommes l'amour de Dieu.

Reste la phrase « Tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. » : être maintenu dans son péché, c'est ignorer l'amour de Dieu. Il dépend de vous, dit Jésus, que vos frères connaissent l'amour de Dieu et en vivent... Le projet de Dieu ne sera définitivement accompli que quand vous, à votre tour, aurez rempli votre mission... « Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie ».
 

ouvrage de Marie Noelle Thabut
L'intelligence des écritures, de Marie-Noëlle Thabut

Une présentation simple et claire de tous les textes du lectionnaire des dimanches et fêtes des trois années. Un ouvrage pédagogique qui met la bible à la portée de tous.

La collection complète existe en 6 volumes séparés ou en coffret, aux éditions Artege.