Pour l’honneur de Pie XII

Le film  » Amen  » de Costa Gavras va encore une fois alimenter la polémique sur Pie XII. Le plus souvent, au mépris de l’Histoire, on va lui refaire grief de s’être tu pour de sordides raisons-entre autres, la défense d’institutions catholiques – sur l’horrible crime de la Shoah, et d’avoir ainsi laissé libre cours à la barbarie nazie. Pour l’honneur de Pie XII, par souci de vérité, il me semble pas inutile de rappeler ceci :- Sœur Pascaline Lehnert fut au service d’Eugenio Pacelli (qui devint Pie XII en 1939) pendant quarante an (1918 à 1958). Cette religieuse allemande publia en 1985, avec l’accord du pape Jean-Paul II :  » Pie XII, mon privilège fut de le servir  » (Éditions Tequi). A la page 66 de cet ouvrage, elle nous révèle que le cardinal Pacelli, alors secrétaire d’État, fut le principal auteur de l’encyclique  » Mit brennender Sorge  » de Pie XI, publiée en 1937 : elle est une condamnation claire des pratiques antichrétiennes du national-socialisme. Cela devrait laver celui qui deviendra Pie XII de tout soupçon de complaisance à l’égard de l’idéologie nazie et de son chef Hitler.

– En 1945, le grand rabbin de Rome, Israël Zolli et son épouse, se convertirent au catholicisme. Ils choisirent comme prénom de baptême Eugénie et Eugénia en souvenir d’Eugenio Pacelli. Ils en avaient reçu 15 000 francs or réclamés par les nazis pour la rançon de 300 juifs de la ville.

– L’actuelle nonciature à Rome auprès de la république italienne est un don du sénateur juif Lévi à Pie XII, en remerciement pour tout ce qu’il fit discrètement et efficacement pour héberger de nombreux juifs dans des séminaires et des monastères : et jusque dans le palais de Castel Gandolfo, sa propre résidence d’été de Rome. Et même dans la garde Suisse du Vatican…

– En avril 1945, le congrès des communautés israélites d’Italie adressa un message de gratitude à Pie XII.

– En 1956, un orchestre de 94 musiciens juifs vint à Rome remercier le Saint Père.

– En 1958, à la mort de Pie XII, madame Golda Meir, alors ministre des affaires étrangères de l’État d’Israël, déclara que le pape  » avait servi l’idéal le plus noble de la paix et de la compassion… « .

Alors oui, il s’est publiquement tu. Sœur Lehnert nous explique pourquoi (p 135) :

 » En août 1942, les journaux publièrent l’horrible nouvelle que la protestation officielle des évêques hollandais contre la persécution inhumaine des juifs avait amené Hitler à faire arrêter dans la nuit 40 000 juifs hollandais et à les faire gazer…On apporta les journaux du matin au Saint Père, tenant à la main deux grandes feuilles couvertes d’une écriture serrée, vint dans la cuisine…et dit :  » Je voudrais brûler ces feuilles : c’est ma protestation contre l’affreuse persécution des juifs. Elle devait paraître ce soir dans l’Osservatore Romano. Mais si la lettre des évêques hollandais a coûté 40 000 vies humaines, ma protestation en coûterait peut-être 200 000. Je ne dois ni ne veux prendre cette responsabilité. Aussi vaut-il mieux se taire en public et faire en silence, comme auparavant, tout ce qu’il est possible de faire pour ces pauvres gens.  »
Aussi le 2 janvier 1943, Pie XII déclara aux cardinaux de la Curie :  » Toutes nos déclarations publiques doivent être pesées et mesurées par nous dans l’intérêt même des victimes, afin de pas rendre leur situation plus lourde et insupportable…  »
On sait que le désir de Jean-Paul II est d’ouvrir l’ensemble des archives vaticanes aux historiens. Elles confirmeront sans doute que la conviction de Pie XII fut très claire : la moindre parole publique de sa part aurait, à coup sûr, accéléré la répression et amplifié le drame. Fallait-il en prendre le risque. S’il l’avait pris, on l’en accuserait sans doute aujourd’hui.

En conscience, Pie XII a choisi le silence public et l’action discète la plus efficace possible. Qui peut aujourd’hui le lui reprocher ?

François Garnier
Archevêque de Cambrai

conference des eveques lourdes le 4/10/2016

Mgr Olivier Ribadeau Dumas
Porte-parole
Secrétaire général

Contacts presse :

M.Vincent Neymon
Secrétaire général adjoint
Directeur de la communication
Porte-parole adjoint
Tél: 01 72 36 68 41

Mlle Constance Pluviaud
Chargée des relations avec les médias
Tél. : 01 72 36 68 42

Contact presse
Tél: 06 26 12 65 07

Conférence des évêques de France
58 av. de Breteuil
75007 Paris
Contact média Accréditations auprès de la CEF