Eglise et société

Depuis les origines, à chaque génération et à chaque période de l'histoire humaine, l'Eglise se trouve devant le défi d'une nouvelle inscription de l'Evangile dans la société.
L'abondance des faits, la multiplicité des situations différentes porte l'Eglise à repérer ceux qui ont une incidence sur l'intelligence de la révélation chrétienne sur le mode de vie des êtres humains, sur l'interdépendance entre les peuples, sur l'usage de la Création, sur le présent et sur l'avenir de l'humanité ...

L'inscription de l'Evangile dans la société s'est traduite par des paroles, des textes, des œuvres d'art, des musiques, des modes de vie particuliers. De nombreux témoignages l'attestent depuis les Actes des Apôtres, jusqu'aux grandes encycliques sociales de la fin du 19ème siècle, en passant par la lettre à Diognète (2ème s.) "les chrétiens sont dans le monde sans être du monde, ils s'y trouvent comme l'âme dans le corps" ; ils sont acteurs de transformations sociales au risque parfois de provoquer des incidents de frontières entre leur conception de la vie humaine et les projets de la société qu'ils contribuent à construire avec leurs contemporains.

A partir de la confrontation entre l'Evangile et les différentes manières de vivre selon les époques, s'est élaborée peu à peu au cours des âges, ce qu'il est convenu d'appeler une pensée, une doctrine sociale de l'Eglise.
Elle apparaît comme une sagesse qui actualise l'Evangile et offre des repères au service des hommes et femmes d'aujourd'hui. En ce sens sa tache n'est jamais achevée. L'Eglise scrute en permanence les signes des temps, elle observe de l'intérieur de la société les sujets les plus complexes, elle tente de discerner ce qui respectera le mieux le dessein de Dieu et la dignité de la personne humaine