Avec le bienheureux P. Lataste, un autre regard sur la prison

Père Lataste

Surnommé « l’apôtre des prisons », le dominicain Marie-Jean-Joseph Lataste (1832-1869) a été béatifié à Besançon, le 3 juin 2012. 5.000 personnes y ont participé dont une vingtaine d’évêques, des frères de l’Ordre des Prêcheurs auquel il appartenait et des Dominicaines de Béthanie, congrégation qu’il a fondée en 1866.
Rédacteur des 600 pages de la « position », vice-postulateur de la cause de béatification, Jean-Marie Gueulette, o.p., est catégorique : « Ce n’est pas un fondateur de bonnes sœurs comme un autre ! » En donnant la possibilité à des anciennes détenues de devenir religieuses à la Maison de Béthanie, le P. Lataste a posé un acte prophétique, rappelé le message de miséricorde du Christ et interpellé la société qui se passionne alors pour des débats sur la prison.

Car nous sommes au temps des Misérables (1862) de Victor Hugo. Près de Bordeaux, les détenues de la prison de Cadillac, condamnées aux travaux forcés, vivent sans chauffage, en silence et n’ont pas le droit de lever les yeux. Le jeune prêtre dominicain y est envoyé prêcher une retraite. « Mes chères sœurs » osera-t-il dire à ces 400 femmes coupables, pour la majorité, d’infanticide. Pendant quatre jours de prédication, il témoigne de l’amour de Dieu pour elles et les écoute en confession.

« J’ai vu des merveilles » écrira-t-il. Pourtant si Dieu leur a pardonné, sorties de prison, les anciennes détenues sont méprisées et exclues par la société. Double peine ! Avec la brochure « Réhabilitées », le P. Lataste plaide leur cause et présente alors aux députés et à la presse l’idée d’une congrégation qui accueillerait celles qui ont la vocation religieuse. Ce sera, en 1866, la Maison de Béthanie avec Mère Henri-Dominique, pour première supérieure. Pendant les 40 premières années, sur les 363 femmes accueillies, sortant de prison ou de refuge, 135 sont restées.

Même s’il meurt de la tuberculose à 36 ans, du courrier continue d’être envoyé au P. Lataste pour être déposé sur sa tombe… Le pape Benoît XVI a reconnu ses vertus héroïques en 2007. La guérison miraculeuse, en 1943, d’un homme de 74 ans atteint d’un cancer digestif en phase terminale, a été reconnue en 2011. Alors que sa fille allait entrer au noviciat de Béthanie, les sœurs de Montferrand-le-Château ont prié le P. Lataste.

Aucune vie n’est perdue

En 2012, les Dominicaines de Béthanie vivent toujours dans « une communion de miséricorde », en France (2 communautés), en Suisse et en Italie. Aujourd’hui encore, les religieuses sont issues de « lieux de mort » (prison, prostitution). Elles sont visiteuses dans des prisons de femmes (Fleury-Mérogis, Rennes).

Si les vocations manquent, Sœur Pia Elisabeth, prieure générale, témoigne de fruits inattendus comme la fondation d’une fraternité dominicaine par un groupe de détenus de la prison de Norfolfk (Etats-Unis). Une démarche ratifiée au Tiers Ordre en 1999 par Timothy Radcliff, alors Maître de l’Ordre.

Sur le même thème

  • aumonerie-prisons

    Aumônerie des prisons

    La mission de l’aumônerie catholique des prisons est de rencontrer et d’accompagner les détenus qui le lui demandent dans l’enceinte des établissements carcéraux. Envoyés en mission par l’Eglise catholique, les aumôniers sont présents dans les 187 établissements pénitentiaires du territoire français. Au 1er avril 2016, l’aumônerie catholique comptait 665 aumôniers. Parmi eux 472 laïcs, 37 religieux […]

  • affiche_catéchuménat_baptême_largeur_2011

    Etre appelé, chacun sa vocation

    La vocation, dans le cadre de la foi chrétienne, est un appel unique et personnel de Dieu, inscrit en chaque homme, créé par Dieu.

Liturgie

NOTRE PERE (1)

Rencontrer Jésus

rencontrer jésus

Messes info

messes.info

Catéchèse & catéchuménat

logo du site catechese.catholique.fr