Synode sur la Famille : « Le débat a eu lieu »

Mgr Georges PontierDe retour du Synode des évêques à Rome et avant de partir pour lAssemblée plénière à Lourdes, le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France, ont tenu, le 29 octobre, une conférence de presse retransmise en direct par KTO. Par Chantal Joly.

Loin d’un certain registre « guerrier » qui s’est souvent retrouvé dans les médias, réduisant le synode à une joute entre deux clans (progressistes contre conservateurs), les deux intervenants ont tenu à resituer cette démarche d’Église à une autre échelle : « C’est une expérience de la collégialité en actes […] on est là du monde entier autour de celui qui exerce ce rôle de la communion….On sent bien que chacun a ce souci de dépasser le lieu d’où il vient, les questions qu’il porte mais de chercher ensemble… ce que nous dit l’Esprit aujourd’hui. […] Le désir premier n’est pas de triompher mais de contribuer à un discernement pastoral à un moment donné…», a rappelé Mgr Pontier.

Quant au cardinal Vingt-Trois, Président délégué du Synode des évêques 2014, il a commenté non sans humour : « Le conseil du Pape de s’exprimer librement a été très scrupuleusement suivi, suscitant des expressions très différentes et pas forcément compatibles […] Pour moi, c’est un signe très positif de la vitalité de l’Église qu’elle soit capable de susciter en son sein un débat aussi vif et aussi marqué sans éclater […] que nous ayons été capables sans l’intervention des gardes suisses de faire ce débat…et de le terminer avec le sentiment que ce qui avait été exprimé par tous contribuait à faire avancer le travail commun du synode ».

Leçon de démocratie aussi dans la mesure où « Cet éclairage mondial, universel déplaçait nos questions locales.C’était riche d’entendre parler de la famille dans d’autres situations et de se rendre compte que ce qui fragilise la famille n’est pas nécessairement ce que nous dirions ici, en France ou en Europe », a souligné Mgr Pontier, citant les questions très importantes des migrations, des problèmes économiques, de la misère.

À propos des autres préoccupations remontées par les pays du Sud, il a évoqué « le poids qu’exercent les pays occidentaux » sur ces pays « et qui lient leurs aides financières à un changement de vie morale […] « Nous avons entendu, a-t-il déclaré, la colère et l’humiliation d’un certain nombre de personnes du Sud qui exprimaient comment les plus riches de la planète veulent changer les cultures en même temps que les projets économiques et sans confiance réelle ».« Nous sommes très hexagonaux dans nos intérêts, dans nos manières d’entendre et de parler.[…] Il faut quand même ouvrir les oreilles et les yeux…», a renchéri l’archevêque de Paris.

Investir un travail théologique S. Ém. le Cardinal André Vingt-Trois

Interrogé sur la latitude qu’aura chaque conférence épiscopale suite aux orientations qui seront décidées  après le synode ordinaire d’octobre 2015, le cardinal Vingt-Trois a répondu :« L’universalité de l’Église doit donner un esprit, un sens à la pastorale, notre travail d’Église particulière consistant à réfléchir comment le mettre en œuvre ».

En attendant, il reste à poursuivre le chemin engagé avec « deux pistes importantes de travail ». Tout d’abord permettre « à la réflexion des Pères synodaux d’être alimentée par celle du peuple chrétien ». D’où, par exemple, l’initiative prise à Paris de constituer une équipe synodale dans chaque paroisse pour permettre des échanges d’ici fin mai 2015 et à Marseille de conduire une réflexion identique en s’appuyant sur les paroisses et les mouvements porteurs de la pastorale familiale. D’autres questions, a déclaré le card. Vingt-Trois, « demandent un travail théologique important qui n’a pas été fait ou inégalement…et qu’il convient d’investir ». Il a évoqué deux exemples : ce qui est constitutif du sacrement de mariage (« Suffit-il à tout baptisé de se marier pour que ce soit un sacrement ou faut-il que ce mariage soit vraiment assumé dans une relation avec le Christ? ») et l’eucharistie (« Quand un chrétien s’en approche, qu’est-ce que cela veut dire parce que si l’on n’est pas au clair là-dessus, comment être clair sur les conditions d’accès » ?).

Le synode extraordinaire d’octobre 2014 a donc marqué une étape mais « le rapport intermédiaire n’est pas l’œuvre achevée du synode ». Face à tous les défis posés à la famille en ce début du XXIe siècle, Mgr Pontier a surtout insisté sur la recherche par les Pères Synodaux de « la juste attitude du pasteur dans son ministère : comment tenir à la fois le langage qui rappelle les orientations, les valeurs,les fondements et en même temps l’attitude qui accompagne, se fait proche, marche avec, regarde le pas qu’on peut faire ensemble  ».

Sur le même thème

  • Synode sur la Famille au Vatican

    Synode des évêques sur la famille

    Le Pape François a convoqué deux Synodes sur le thème de la famille, un Synode extraordinaire en 2014 et un Synode ordinaire en 2015. La troisième Assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques, sur le thème « Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation » a eu lieu du 5 au 19 octobre […]

  • denier_lyon_2012

    Famille

    Au service des hommes et des femmes de ce temps, l’Église est particulièrement attentive à la famille. Elle en rappelle sans relâche l’importance pour la vie en société comme pour chacun d’entre nous. Elle le fait avec réalisme et confiance. L’Église écoute les familles et regarde comment on y prend soin les uns des autres. […]

  • mariage

    Le mariage

    Le mariage est l’alliance entre un homme et une femme unis par un même amour. Le sacrement de mariage sanctifie l’union d’un homme et d’une femme.

  • eucharistie06

    L’eucharistie

    L’Eucharistie est la source et le sommet de toute la vie chrétienne. L’Eucharistie structure la vie chrétienne, elle la ponctue, elle est la respiration dans la vie spirituelle.