« Chemins d’Humanité » ou l’entreprise expliquée aux prêtres

Le parcours « Chemins d’humanité » est une formation économique destinée aux prêtres. Originaires d’une soixantaine de diocèses, ils sont plus de 200 à l’avoir suivie depuis sa création, il y a déjà 15 ans.

« Créer une passerelle entre l’Eglise et l’entreprise », tel est l’objectif de « Chemins d’Humanité ». Caroline Auriach, ingénieur dans une grande entreprise, mariée et mère de 3 enfants, coordonne depuis 6 ans cette formation qui s’étale sur 2 ans. L’Eglise, par ses pasteurs, a quelque chose à dire au monde de l’entreprise. « Chemins d’Humanité » leur en donne les moyens.

Pour 2011-2013, elle a accueilli 13 prêtres, âgés de 33 à 53 ans, venus de 10 diocèses. Tous sont envoyés par l’évêque ou le vicaire général. Elle compare volontiers cette session, composée de 6 modules à raison d’une semaine par trimestre, à la formation permanente d’un cadre. L’entreprise, au sens large, est l’outil pédagogique qui permet d’acquérir le vocabulaire et des clés de compréhension du monde économique d’aujourd’hui.
 

Des laïcs pour former les prêtres

La formation s’appuie donc sur un réseau de cadres dirigeants – bénévoles – dont la parole par rapport à la mission de l’entreprise peut être intéressante. Ils en rencontreront une soixantaine tout au long de leur formation. Ainsi chez une multinationale « leader en innovation pour la mobilité », on relira l’histoire de l’entreprise et ses transformations pour continuer à se développer… « De hauts fonctionnaires expliquent les grands enjeux à venir pour la France » poursuit la responsable. A l’Assemblée nationale, il s’agira de comprendre comment se prennent les décisions pour moderniser l’Etat.

Souvent en lien avec des mouvements comme les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (EDC) ou le Mouvement Chrétien des Cadres et dirigeants (MCC), les intervenants ne sont pourtant pas tous chrétiens. Caroline s’assure que la bienveillance est au rendez-vous. Certains lui disent avoir été nourris par la rencontre avec les prêtres pour leur propre problématique professionnelle. Ce qui explique sans doute qu’ils soient fidèles à « Chemins d’Humanité ».

« Par effet miroir, les participants s’interrogent sur l’animation de leur paroisse » constate-t-elle. La formation leur apporte aussi des outils utilisables dans leur mission, notamment en management et en gestion. Des prêtres proposent également une réflexion spirituelle et des regards croisés sur le monde de l’entreprise.

Les diplômés sont formels. L’un souligne « le travail en équipes, le partage et l’échange ». Un autre remercie pour « un plus dans (sa) vie et (son) ministère de prêtre ». « Mon regard sur le monde contemporain et mon intérêt pour les hommes et les femmes de notre temps sont renouvelés » témoigne un dernier.

« La Promo 16 a prévu de se retrouver pour continuer à se former, conclut Caroline. Elle participera à des « Journées Chemins d’Humanité » du 13 au 15 janvier 2013 ». Ces 3 jours seront largement ouverts : aux diplômés, aux prêtres mais aussi aux laïcs. La première journée aura d’ailleurs lieu à la maison de la Conférence des évêques à Paris.
 

Au programme

Le prochain parcours « Reconnaissance » sera lancé en novembre 2012. Sa visée est d’expérimenter les réalités du monde économique. Les trois premiers modules portent sur le fonctionnement de l’entreprise (« Découvrir l’entreprise autrement », « Vivre l’entreprise », « L’entreprise vivante : comment, pourquoi se transforme-t-elle ? ») Le module 4 (« Les mutations du monde ») aborde les effets de la mondialisation. Equilibres et responsabilités des acteurs de « La gestion du pays » sont le thème du module 5. Enfin, le module 6 prévoit un stage « Immersion en entreprise ».

Sur le même thème