« Casser les préjugés et les barrières » , interview du lauréat du prix kaléidoscope

Jean-Marc Descamps

Le premier festival chrétien du film court s’est tenu à Poitiers du 23 au 24 octobre 2009. 450 festivaliers avaient pris part à la manifestation. 18 courts métrages étaient en compétition, dans trois catégories. C’est le film Arielle, réalisé par Jean-Marc Descamps qui a obtenu le prix du festival kaléidoscope.
Jean-Marc Descamps a reçu son prix le 7 janvier 2010 à la maison de la Conférence des évêques de France à Paris lors d’une projection interne. Il a répondu à nos questions sur l’origine de son œuvre, sa joie d’avoir reçu le prix et ses futurs projets.

Quelle est l’origine du film Arielle ?

J’avais réalisé un documentaire sur les enfants sourds, intitulé ‘Sourds et musiciens’ pour casser le préjugé du ‘sourd et muet’, expression qui a la peau dure. J’avais filmé six enfants de 6 à 8 ans – dont mon fils qui est sourd – qui s’épanouissaient en chantant, dansant et jouant de la musique. Je souhaitais également réaliser un long-métrage sur une sourde qui rêvait de voler, qui aurait pour titre ‘Le vent du large’. En attendant d’en avoir les moyens, j’ai réalisé le court-métrage ‘Arielle’, dont l’héroïne rêve de devenir danseuse professionnelle. La différence est une richesse. Je veux ouvrir la porte du ghetto des sourds, entre ceux qui parlent et ceux qui signent, casser les préjugés et les barrières.

Pourquoi avez-vous souhaité participer à Kaléidoscope ?
Mon ami Marcel Dumoulin de Nantes m’a envoyé une inscription à ce festival. J’ai cherché à inscrire mon film Arielle à de nombreux festivals où il ne trouvait pas sa place. J’ai été ravi d’être sélectionné, et plus encore de gagner le prix. Avoir un enfant sourd m’a appris à développer ma foi. Je suis catholique et je pratique un peu, j’ai découvert la foi grâce à mon fils.
Ce festival offre une autre image que l’image ringarde des catholiques représentés par le film ‘La vie est un long fleuve tranquille’ et la chanson ‘Jésus revient’ de Patrick Bouchitey. Je suis content d’avoir ce prix car cela me permet de participer à ce changement de regard sur l’Eglise.

Quels sont vos projets ?
Je vais réaliser un documentaire sur des jeunes lillois partis aider des paysans au Nigéria dans le cadre d’un projet solidaire. La société Saint-Vincent-de-Paul souhaite également réaliser un film documentaire sur leurs activités et leurs bénévoles.
 

Arielle est une jeune femme sourde qui rêve de faire de la danse son métier. Elle se prépare à passer une audition pour intégrer une école de danse à New-York. Mais, face au refus de sa mère et à son niveau trop faible, elle finit par changer de voie. Ce court-métrage de 34 minutes raconte la vie d’une jeune femme qui se bat, contre le handicap, contre les préjugés, contre les difficultés de la vie. A travers Arielle, c’est aussi un message d’espérance délivré par le réalisateur.
 
Le DVD kaléidoscope sortira en mars 2010 au prix de 25 €. Il présente les films primés lors de la première édition du festival chrétien du film court francophone, ainsi que des fiches pédagogiques accompagnant les films. Quatre des films primés seront disponibles sur ce DVD :
– Arielle de Jean-Marc Descamps, prix kaléidoscope
– L’oiseau de Samuel Yal, prix de la catégorie 13 minutes
– Eugène d’Alexandre Hilbert, prix de la catégorie 7 minutes et clip
– Au cœur de la rue de Marc-Emmanuel Febvret, prix de la catégorie Espoir.

Sur le même thème

  • logo_cef_rvb_horizontal

    kaleidoscope : le 1er festival chrétien du film court

    Le premier festival chrétien de courts métrages s’est déroulé au Futuroscope de Poitiers les 23 et 24 octobre 2009. Ce festival, unique en son genre, s’intéresse à tous les films qui interrogent le cœur de l’homme. Il est organisé par le service national de la catéchèse et du catéchuménat de la Conférence des évêques de […]