« Les messages de Fatima nous montrent aussi que le Seigneur veut la paix pour son peuple »

Mgr Hervé GosselinDans le cadre du centenaire des apparitions de Notre-Dame de Fatima, Monseigneur Hervé Gosselin, évêque d’Angoulême apporte son témoignage :

Le 7 mai 2017, nous avons consacré le diocèse d’Angoulême à la maternité bienheureuse de la Vierge Marie et à son Cœur immaculé. Cette célébration a eu lieu lors d’une messe solennelle rassemblant tout le diocèse, à l’occasion d’un rassemblement de jeunes, et à quelques jours du centenaire de la première apparition de Notre Dame à Lucie, Jacinthe et François à Fatima, au Portugal.

Il est facile d’approfondir le sens de cet acte ecclésial en reprenant l’enseignement des messages de Fatima, confirmés par les derniers papes et par la canonisation des voyants par le Pape François en ce 13 mai 2017.

La première apparition a lieu en pleine guerre mondiale, à trois mois de la révolution bolchévique en Russie. « N’est-ce pas aux époques les mouvementées et les plus troubles, parmi les batailles, les incendies et les ruines que s’est épanouie l’immense et admirable floraison de mes Œuvres divines et de mon Amour« , disait Jésus à Marthe Robin. Ensuite, la Vierge Marie apparaitra le 13 de chaque mois pendant six mois.

Marie nous enseigne l’efficacité de la prière. Ainsi l’avait annoncé l’Ange de la Paix en 1916 : « Priez avec moi… Les cœurs de Jésus et Marie sont attentifs à la voix de vos supplications. » Elle insiste en particulier sur la récitation du chapelet. « Récitez le chapelet tous les jours, afin d’obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre » mais c’est lEucharistie qui est au centre du message.

De plus, elle révèle aux trois enfants ce qu’on appelle le secret de Fatima, qui a trois parties. Elle demande que la prière se fasse intercession et réparation pour les pécheurs, pour éviter la vie sans Dieu, qui est l’enfer (première partie du secret). Elle invite à une dévotion à son Cœur immaculé (deuxième partie du secret), comme pour nous rappeler la vocation ultime de l’Église et de chaque baptisé à être « saint et immaculé devant sa face » (Eph 1,4). La maternité divine de Marie se prolonge dans une mission d’enfantement de l’Église et des hommes à la vie de la grâce.

La Vierge Marie insiste également sur la pénitence en montrant un pape souffrant et mourant (troisième partie du secret) : « Le serviteur n’est pas plus grand que son Maître« (Jn 13,16). La prière doit s’accompagner du don de soi.

Les messages de Fatima nous montrent aussi que le Seigneur veut la paix pour son peuple. Pourquoi Marie demande-t-elle la consécration de la Russie à son Cœur immaculé, lors d’une apparition à Lucie, en 1929, alors que le communisme a déjà commencé ses ravages ? Pour éviter les guerres, les persécutions contre l’Église qui ne manquent pas au XXe siècle. La troisième guerre mondiale est morcelée, nous dit le Pape François, mais elle est bien là.

La Vierge Marie avait annoncé qu’elle ferait un miracle à la dernière apparition et voici que le soleil s’est mis à tournoyer pendant une dizaine de minutes, phénomène observé par toutes les personnes présentes. La présence et la puissance de Dieu sur le cours du monde et de l’histoire font partie de notre foi.

Se consacrer à Marie est une responsabilité : c’est assumer dans sa vie spirituelle un engagement à prier, se convertir et corriger ses péchés. C’est prendre notre part au Salut du monde par le don de nous-même.

A chacun d’apprécier pour le monde aujourd’hui et chacune de nos vies l’actualité du message de Fatima. « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime« .

Monseigneur Hervé Gosselin, évêque d’Angoulême

Sur le même thème

  • PORTUGAL: PELERINAGE A FATIMA: LA VIERGE Y APPARUT EN 1917 A 3 PETITS BERGERS. DEUX MOURURENT EN 1919. LUCIE DEVINT CARMELITE ET REDIGEA LES FAMEUX SECRETS DE FATIMA. PELERINAGE TRES POPULAIRE A TRAVERS L'EUROPE ENTIERE.

    « Fatima : humbles mais choisis »

    Célébrer le centenaire des apparitions de Notre-Dame de Fatima ne se résume pas seulement à l’anniversaire d’un évènement lointain, limité au Portugal de 1917.