La Bande dessinée chrétienne en exposition

expo_mère_du_christ_2017

« Marie, Mère du Christ » (éditions Mame) de Jean-François Cellier et Brunor, à l’église Saint-Martial.

Le 44ème festival international de la BD d’Angoulême a fermé ses portes le dimanche 29 janvier, avec le démontage des stands et des expositions au cœur de la ville du 9ème art. Ce fut le cas aussi dans trois lieux plus habitués au culte qu’aux bulles, pour le 31ème festival de la BD chrétienne, qui fait partie du Off.

L’église Saint-Martial, située entre les deux grands chapiteaux bulles accueillant les maisons d’éditions, est le lieu où ont été remis le prix international 2017 de la Bande dessinée chrétienne et le prix 2017 du jury œcuménique de la Bande dessinée.

De nombreuses animations avec des auteurs et des dessinateurs s’y sont tenues. Mais aussi l’espace de quatre expositions à partir de BD. A été lancé ainsi, avec des planches originales, des reproductions de dessins et de croquis et des plages en grand format installées dans le chœur de l’église, la BD Marie, Mère du Christ (éditions Mame) de Jean-François Cellier et Brunor. Une conférence des deux auteurs a aussi montré le type de collaboration – dans le dialogue constant – entre le scénariste et le dessinateur. Une autre exposition poignante, Étenesh, l’odyssée d’une migrante (éditions des ronds dans l’O) faisait rentrer par une sobre mise en scène et la beauté des pages dans deux ans d’enfer entre l’Ethiopie et l’Italie. Enfin les dessins d’Une BD à l’A.B.Y du Frère Thierry de Béthune de l’Abbaye de Maredsous et les pages du Tome 7 des indices pensables chez Brunor éditions attiraient leur public curieux de ces sujets.

affiche_expo_martin_2017Au temple, où a eu lieu la veillée œcuménique avec prédication par le dessin du Pasteur Jean-Pierre Molina, étaient présentées deux expositions autour du thème d’un Martin à l’autre, les lanceurs d’alerte avec le pré-lancement de la BD Martin Luther (editions Glénat) et Wake up Amerika (éditions de la rue de Sèvres) autour Martin Luther King, accompagnées de panneaux sur le 500ème anniversaire de la Réforme et des conférences associées au thème.

La cathédrale a accueilli, en plus de la messe du festival, remarquée cette année par la prédication de Mgr Hervé Gosselin, évêque d’Angoulême, accompagnée par des dessins réalisé par Sean O’Brien projetés en direct sur les voûtes, trois expositions : Comme des étincelles : une vie de Marthe Robin (éditions de l’Emmanuel), doublée d’une conférence d’Honorine Grasset sur la mystique de Châteauneuf de Galaure, Bible , récits fondateurs (Bayard) avec en plus de reproduction de ce récit graphique, des vidéos à partir du texte de Frédéric Boyer et des dessins de Serge Bloch et Sous couvert de la coquille, des enluminures contemporaines sur les chemins de Compostelle, par Geert de Sutter.

Au sortir de ces expositions, le festivalier pouvait poursuivre sa lecture en achetant les titres associés ou quelques autres. Près de 2.000 BD chrétiennes ont pu ainsi trouver acquéreurs.

Cette action œcuménique n’a pu se réaliser, une fois de plus, sans les efforts conjugués de la centaine de « bénévoles », réunis par Chrétiens Médias 16 et l’Association protestante pour la valorisation de la BD.

VF

Sur le même thème

  • bande_dessinée_planche

    Deux albums ex aequo au Prix de la BD chrétienne 2017

    Pour son 30ème anniversaire, le Prix de la BD chrétienne a été décerné à deux albums ex aequo : « Vincent. Un saint au temps des mousquetaires » (Ed. Dargaud) et « Les larmes d’Esther » (Ed. Bayard). Le Prix sera remis pendant le Festival international de la Bande Dessinée d’Angoulême, le 26 janvier 2017, à l’église Saint-Martial d’Angoulême. […]