Mgr Colomb à la session de formation des nouveaux évêques

Mgr Colomb, Mgr Gosselin et Mgr Blanchet

Mgr Colomb, Mgr Gosselin et Mgr Blanchet

Une dizaine d’évêques ordonnés depuis janvier 2015 ont participé à la session dédiée aux nouveaux (16-18 janvier 2017), à Paris. Accompagnés par des évêques expérimentés, ils ont pu aborder plusieurs aspects du ministère épiscopal et approfondir leur connaissance des missions confiées à la Conférence des évêques de France. Témoignage de Mgr Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes.

Pas de cours ex cathedra mais des témoignages « d’anciens » et des échanges directs et fraternels à la « maison des évêques », à Paris. C’est Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque émérite de Rouen, qui a ouvert la session de formation destinée aux nouveaux évêques, avec la thématique : « Entrer dans la vie d’un diocèse ».

« 20 ans d’épiscopat ! », souligne à son sujet Mgr Georges Colomb – nommé évêque de La Rochelle et Saintes le 9 mars, puis ordonné le 5 mai 2016. « L’Eglise particulière précède l’évêque et elle vivra après lui. En effet, je suis le 28ème évêque de La Rochelle, note-t-il. L’évêque s’inscrit dans une histoire à laquelle il apportera sa pierre. Cela m’invite à l’humilité. Et en même temps, j’apporte du sang neuf et un regard autre ».

Alors rupture ou continuité ? L’évêque a la délicate mission d’ajuster ses intuitions personnelles aux pratiques diocésaines déjà en place. Sur son territoire, qu’il qualifie volontiers de « mosaïque », Mgr Colomb doit veiller à la communion dans le diocèse, faire face au manque de prêtres, assurer l’équilibre financier… « 2 séminaristes sont en formation. Le clergé a pour moyenne d’âge 74 ans. Le Denier de l’Eglise compte 10.000 donateurs sur 640.000 habitants… Tous ces défis sont dans ma tête ! »

Mgr Balsa et Mgr Jachiet

Mgr Balsa et Mgr Jachiet

La session aborde aussi les relations entre l’évêque et ses collaborateurs, avec pour intervenant Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille et ancien vice-président de la CEF. « Je découvre encore le diocèse mais je prends déjà des décisions. L’évêque a besoin de vis-à-vis : c’est pourquoi j’ai nommé deux vicaires généraux et deux vicaires épiscopaux ».

Avec l’exemple du diocèse de Reims, présenté par Mgr Thierry Jordan, son archevêque, il a été question des liens avec les autorités civiles et de « laïcité à la française ». « Je ne suis pas dans un diocèse tradition catholique très forte, constate Mgr Colomb. Le Maire m’a reçu trois mois après mon arrivée… »

Dans la session de formation des nouveaux évêques, la lutte contre la pédophilie dans l’Eglise a été traitée par Mgr Luc Crepy, évêque du Puy-en-Velay et responsable de la Cellule Permanente de Lutte contre la Pédophilie (CPLP). « Nous préparons pour mai 2017 une rencontre avec les formateurs de séminaires, témoigne l’évêque formé à la morale sexuelle et familiale. Certains traitent déjà ces questions mais nous avons toujours à aller plus loin dans la compréhension de ce qui se joue pour les victimes. Pour les nouveaux évêques, je commencerai par dire un mot sur les victimes. Il faut l’entendre ».

Quelle conception de la province ecclésiastique ? Quel travail en équipe ? C’est Mgr Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis et vice-président de la CEF qui a lancé ces sujets liés à la vie d’un évêque parmi les évêques de France. « Il me semble que nous avons à développer ce travail ensemble » pressent déjà Mgr Colomb.

Messe présidée par Mgr Descubes, archevêque émérite de Rouen.

Messe présidée par Mgr Descubes, archevêque émérite de Rouen.

Guidés par les Secrétaires généraux adjoints, les nouveaux évêques ont pu faire le tour des différents services de la Conférence et saluer les équipes. Mgr Colomb, lui, est l’évêque référent pour la Pastorale des Migrants, au sein de la Commission épiscopale pour la Mission universelle de l’Eglise. « Pendant la Première Guerre mondiale, on a fait venir des Chinois à La Rochelle, pour remplacer les dockers partis au front… », raconte-t-il, interrogé sur la présence de migrants dans son diocèse.

« Comment améliorer notre communication ? C’est très lié à l’évangélisation ! On sent bien que sans les médias, on touche très peu de personnes ». Sur la communication, Mgr Norbert Turini, évêque de Perpignan-Elne et président du Conseil pour la Communication, a pris la parole avec des cas concrets, en soulignant l’importance de cette mission pour un évêque.

Pendant ces trois jours, le travail des évêques a été rythmé par la liturgie des Heures et l’eucharistie. « En tant qu’évêque, je découvre que je vis une certaine solitude, reconnaît Mgr Colomb. J’ai déjà connu cela en Chine où j’ai été missionnaire pendant 10 ans. Du coup, je prie beaucoup plus ! »

Une session complémentaire à celle de Rome drapeaux_façade_cef-def

Mgr Colomb : « J’apprécie cette rencontre à Paris. Nous abordons des questions propres à l’Eglise de France. A Rome, nous étions 140 évêques rattachés à la Congrégation des évêques et 95 évêques de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples. La formation avait une dimension universelle. Nous étions dans un amphithéâtre et les cardinaux sur le podium. La traduction était simultanée. Les prises de parole n’étaient pas aussi faciles qu’ici où nous nous connaissons tous ».

Sur le même thème