Mgr Pontier à Calais : « La rencontre rend proches »

pontier_jungle_calaisMgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, s’est rendu dans la jungle de Calais. Alors que l’Angleterre est désormais inaccessible, il estime que les chrétiens peuvent accompagner les migrants dans l’élaboration d’un (nouveau) projet de vie. Propos recueillis par C. Rocher.

Quels visages retenez-vous de votre visite dans la Jungle ?

Parmi la diversité des visages rencontrés, je retiens ceux des Soudanais du Darfour qui nous ont offert un bon thé à la menthe et avec lesquels nous avons passé un petit moment. Nous avons été voir des Erythréens chrétiens près de leur chapelle. Des visages d’Afghans aussi.

Il y a aussi ceux des organisateurs de la vie dans le camp, qu’ils soient issus de la société civile ou de l’Etat – avec les installations un peu améliorées ces dernières semaines. Certains sont des professionnels, comme le sous-préfet, d’autres représentent la vie associative, chrétienne ou non. Ils prennent des initiatives très fortes et très belles. Nous avons passé un long moment avec les bénévoles d’organisations chrétiennes : cela a été aussi un des temps forts de cette journée.

Vous avez remercié les bénévoles actifs auprès des migrants. Quel message voulez-vous transmettre aux catholiques en général ?

J’ai d’abord écouté le récit des bénévoles, ce qu’ils ont voulu partager. C’est souvent un chemin de vie, de conversion, de transformation par l’accueil de personnes qu’ils reverront (ou pas) et qui avaient besoin d’un coup de main, d’un sourire, de recharger un téléphone, de trouver une aide pour remplir des documents… Ils ont dit à quel point leur vie est changée, bouleversée par l’accueil. Ils sont passés de la peur à l’amitié ou, en tous cas, à un regard bienveillant sur ces personnes. C’était assez magnifique.

Je veux dire et redire que la rencontre rend proches, tandis que les idées nous éloignent. Il faut tenter, oser, cette expérience de l’accueil, du sourire, des gestes d’ouverture. Il faut vraiment essayer cela. Une attitude nous ferme, une autre nous ouvre.

Que voulez-vous dire aux migrants qui transitent par la France ?

On sait bien que les migrants vivent dans l’angoisse d’être arrêtés, dans les difficultés administratives, dans l’impossibilité de poursuivre leur projet. Si j’avais quelque chose à leur dire après les avoir rencontrés fortuitement, c’est : « Réfléchissez à ne pas manquer à votre pays ». Le moment venu, les choses s’arrangeront. Il y a quelque chose de l’ordre de la responsabilité vis-à-vis du pays dont on est originaire. Et aussi : « Dites bien aux autres que ce n’est pas facile de quitter sa culture. Les pays européens ne sont pas l’Eldorado ». J’ai vu, au cours du voyage en Irak, que quelques familles commençaient à revenir parce que c’était trop dur de quitter sa culture. Et puis, je leur dirais : « Vous êtes partis pour rejoindre l’Angleterre. Mais il y a des projets possibles en France. Changer de projet peut être une solution réaliste à un moment. Si vous choisissez cela, nous vous aiderons de notre mieux à en trouver un vivable dans notre pays ». L’Eglise et les chrétiens peuvent accompagner les migrants dans l’élaboration d’un nouveau projet. Le pire, c’est l’absence de projet. Ce ne sont pas les conditions matérielles parce que finalement, ils sont solidaires entre eux, ils se débrouillent. On a vu des petits restaurants, des épiceries. Les conditions matérielles, ça se résout avec de l’argent. L’absence de projet, voilà ce qui déshumanisant.

Des évêques dans la Jungle

Etaient présents : Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, Mgr Jean-Paul Jaeger, évêque d’Arras, Mgr Jacques Blaquart, évêque d’Orléans et président du Conseil pour la solidarité et Mgr Renauld de Dinechin, évêque de Soissons et responsable de la Pastorale de migrants. Ils étaient accompagnés par Mgr Olivier Ribadeau Dumas, Secrétaire général de la Conférence des évêques de France, et Sœur Christine Kohler (Service national de la pastorale des Migrants et des Personnes itinérantes).

Sur le même thème

  • Migrants à Calais

    Migrants

    La mobilité humaine n’est pas un phénomène nouveau et l’Église manifeste depuis longtemps un grand intérêt pour les migrants, se préoccupant de leur sort, au travers notamment d’un accompagnement pastoral adapté. Le phénomène migratoire est indéniablement une réalité complexe, difficile à gérer, mais nous aurions tort d’oublier que celui-ci, avec la grâce de Dieu, est l’Avent « d’un nouveau ciel […]