A Gennésaret, conseiller ceux qui sont dans le doute

médaille_gennérasetLa Communauté nouvelle « Gennésaret » propose des soirées prière, des retraites ou des parcours spirituels, avec enseignement et accompagnement. Une façon de vivre l’oeuvre de Miséricorde qui consiste à conseiller ceux qui sont dans le doute.

Au sein de la Maison Sainte-Thérèse, à Poilly-lez-Gien, dans le diocèse d’Orléans, Marie-Jeanne, laïque mariée, membre de Gennésaret depuis 1988.  Avec elle, divers états de vie : un prêtre et un diacre en vue du sacerdoce, une personne consacrée, deux couples engagés et un autre « compagnon ». Cet « univers familial » correspond bien aux personnes qui recherchent une petite structure pour « prendre du temps pour elles » et peut-être réfléchir à leurs « problèmes », avec le soutien fraternel d’une communauté.

Tout au long de l’année, plusieurs retraites sont programmées, notamment « Vivre la Miséricorde du Père » (10-16/07/2016). « La personne accueillie est toujours présentée au Seigneur » souligne Marie-Jeanne.  Elle ajoute : « Et nous prions pour elle ».

Enseignement, messe, temps de réflexion personnelle et accompagnement individuel rythment la semaine. Les retraitants participent aussi à des travaux manuels – jardinage, cuisine ou encore travaux dans la maison. « Une année, nous avions organisé un atelier de peinture d’icônes » se souvient-elle.

Avec l’accompagnement spirituel, un éclairage pour avancer sur son chemin

logo_gennésaretL’accompagnement personnel permet de « reprendre les enseignements ». « Il y a parfois des choses auxquelles la personne n’a pas pensé et qui la rejoignent. On apporte un éclairage pour qu’elle avance, pas des solutions ». On retrouve ici le souci d’être « artisan de vérité », propre au charisme de cette association privée de fidèles.

Les membres souhaitent que, comme à Gennésaret (Mt 14, 36), les accueillis puissent « toucher la frange du manteau » de Jésus. Car « tous ceux qui la touchèrent furent sauvés » raconte l’évangéliste. Pour elle, rendre possible ce geste, c’est « permettre de s’approcher de Lui pour être regardé par Lui » et « faire comprendre aux personnes que le Seigneur les aime toujours. Parfois on ne se sent pas digne de son amour mais le Seigneur dépasse tout ça ! »

Récemment, la maison Sainte-Thérèse a été sollicitée par le diocèse d’Orléans pour participer à une soirée de prière. « Nous formerons des binômes » s’entousiasme-t-elle. Réparties dans 4 maisons en France, Gennésaret compte 35 personnes. La Communauté, qui participe à tous les Congrès de la Miséricorde, espère que le Jubilé lui apportera un regain d’intérêt.

Le Vœu de Miséricorde, spécificité de Gennésaret
« La Miséricorde met sa joie dans la vérité. Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout ». « Ce vœu de Miséricorde reprend un verset de la Première lettre de Saint Paul aux Corinthiens (1 Co 13, 7) » explique Marie-Jeanne.

Approfondir votre lecture