A Nevers, une année pour redécouvrir sainte Bernadette

BernadetteL’espace Bernadette et le diocèse de Nevers célèbrent tout au long de 2016 le 150e anniversaire de l’arrivée de Bernadette Soubirous (1844-1879) à Nevers. Une année placée sous le signe de la rencontre véritable avec le Seigneur. Plus de détails avec sœur Martine Gobeau, animatrice pastorale de l’Espace Bernadette à Nevers. Par Anne Belprune.

Que retenez-vous de l’ouverture du 150e anniversaire de l’arrivée de Bernadette Soubirous à Nevers ?
Le 7 janvier, c’est l’anniversaire de la naissance de sainte Bernadette. Nous avons choisi cette date pour rendre grâce au Seigneur pour le don de Bernadette au monde, célébrer l’ouverture de la porte sainte de la Miséricorde au sein de notre sanctuaire et lancer les festivités du 150e anniversaire de l’arrivée de sainte Bernadette à Nevers. Le 8 décembre, Mgr Thierry Brac de la Perrière, évêque de Nevers, avait déjà ouvert une porte sainte en l’église Saint-Pierre au centre ville de Nevers pour notre diocèse, mais la démarche étant également encouragée pour les sanctuaires importants, nous nous en sommes saisis. À l’issue de la célébration, notre évêque a déclaré ouverte l’année du 150e. Nous avions particulièrement invité toutes les Bernadette qui le souhaitaient à venir entourer, au cœur de la célébration, leur sainte patronne. Elles sont 70 à avoir répondu présentes, venues dès le matin et jusqu’aux vêpres. Nous avons vécu un temps simple, profond et convivial.

Quels sont les liens particuliers entre sainte Bernadette et la Miséricorde ?
Cette jeune fille a fait l’expérience de la miséricorde de Dieu, en particulier à Lourdes à travers les bras ouverts de Marie. Là, elle rencontre la tendresse de Dieu. Tendresse, charité sont les mots qui disent la miséricorde. Marie est apparue à une petite et une pauvre, « à la plus ignorante », selon Bernadette, elle-même. Ce choix dit la préférence de Dieu pour les exclus et les mal-aimés. C’est ce que la Vierge chante aussi dans le Magnificat : « Il élève les humbles ». Ainsi s’exprime la miséricorde de Dieu. Et puis, en choisissant d’entrer au sein de la congrégation des Sœurs de la charité de Nevers, Bernadette souhaite se mettre à son tour au service des pauvres et des malades, approfondir son expérience et transmettre la tendresse de Dieu. Avec le jubilé de la Miséricorde et cette année anniversaire, nous proposons, aux pèlerins d’ici et d’ailleurs tout un itinéraire pour découvrir Bernadette, sa relation avec le Christ et l’Évangile. Le parcours aboutit à la chapelle par la porte sainte. Un sas a été aménagé avec une mini-exposition sur les liens entre Bernadette et Marie, la condition de pécheur, la vie de disciple et l’extrait de la bulle d’indiction du jubilé extraordinaire de la miséricorde.

Quel est le message principal de Bernadette pour le monde d’aujourd’hui ?
Elle témoigne qu’en se laissant saisir par la main du Seigneur, Il nous aide à traverser les épreuves. Notre sanctuaire est fréquenté par des personnes blessées par le chômage et toutes les difficultés contemporaines. Lorsqu’elles viennent s’asseoir devant Bernadette, c’est comme si elles déposaient leurs fardeaux. Elles ne repartent pas comme elles sont arrivées. C’est assez marquant. On fait confiance à Bernadette pour qu’elle dépose elle-même leurs soucis au Seigneur. Elles puisent une nouvelle force en celle qui est enracinée dans Celui qu’elle a expérimenté à Lourdes. On dit de Lourdes que c’est un sanctuaire marial. Nevers est un sanctuaire christologique. Par Bernadette, les pèlerins arrivent au Christ. En marchant sur les pas de Bernadette, ils découvrent son abandon, sa confiance absolue en Dieu son roc et ils deviennent disciples du Christ.

Quels sont les enjeux de cet anniversaire pour le diocèse ?
Il s’agit de faire connaître ce témoignage de Bernadette. Les diocésains croient déjà connaître par habitude, l’ancien couvent St-Gildard, l’ancien noviciat des sœurs. Nous souhaitons qu’ils reviennent, redécouvrent des paroles de vie, qu’ils se rendent compte que Bernadette parle à chacun personnellement aujourd’hui. Le diocèse propose ainsi de venir faire une véritable expérience de rencontre. Chacun est invité à se laisser rejoindre et à se plonger dans la miséricorde. D’ailleurs, sur le linteau de notre porte sainte, nous avons placé l’inscription : « Laissez-vous embrasser par la Miséricorde ». De nombreux temps forts animent cette année : conférences, retraites, messes, mais aussi expositions, lecture suivie, spectacle. De nombreux nivernais, petits et grands, proches ou non de l’Église, sont mobilisés dans cette aventure, dans une belle synergie. Une chorale est aussi en train de remettre au goût du jour des cantates écrites pour Bernadette. Les propositions sont diverses et variées pour toucher un public large, aussi différent que possible.

Quelques propositions
capture_film_bernadette

Eucharistie festive le 18 février, fête de sainte Bernadette, jour de la troisième apparition de la Vierge, à 18h30, présidée par Mgr Thierry Brac de la Perrière, évêque de Nevers.

Messe solennelle le 7 juillet 2016 (arrivée de Bernadette à Nevers), présidée par le nonce apostolique, Mgr Luigi Ventura, les pèlerins de Lourdes et de Nevers seront réunis autour de leurs évêques respectifs.

Messe télévisée le 10 juillet 2016, au sanctuaire, avec Le Jour du Seigneur (France 2).

Conférence le 19 février par le P. André Cabes, recteur des sanctuaires de Lourdes, sur la vie de Bernadette avant le départ de sa terre natale.

Récit des Apparitions tous les jours jusqu’au 4 mars, puis les 4 et 7 avril, et 16 juillet, d’après « Lourdes, récit authentique des apparitions » du P. Laurentin.

Session pour les 20-30 ans du 5 au 7 mai, autour du thème rencontre « Jésus seul pour maître», animée par Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier.

Approfondir votre lecture

  • Bernadette Soubirous 1844-1879

    Sainte Bernadette Soubirous (1844-1879)

    De santé fragile, mais entourée de l’amour des siens et d’une foi solide, cette adolescente de quatorze ans rencontra la Vierge à dix-huit reprises à la grotte de Massabielle.