30ème festival de la BD Chrétienne

Gosselin_bd_angoulême_portraitDimanche 31 janvier s’est clôt le 30ème Festival de la BD Chrétienne à Angoulême, après quatre jours de présence œcuménique au cœur de la ville du 9ème art, qui vivait son 43ème festival international.

La capitale de la Charente vivait au rythme et aux couleurs de la Bande Dessinée, le Festival se vivant au cœur de la ville. Les Eglises chrétiennes étaient ainsi de la partie, signifiant leur implication dans le monde de la Culture et leur témoignage de l’Evangile par l’image et les bulles.

Trois lieux de culte étaient ouverts aux festivaliers et aux passants, leur proposant des expositions, à la cathédrale sur Antoine de Saint-Exupéry, au Temple avec les magnifiques illustrations de Jésus de Nazareth du danois Peter Madsen et à l’église Saint-Martial, aménagée en décor de cinéma du Poverello, le François d’Assise de Robin.

La vente des ouvrages était assurée par des stands librairies dans chaque lieu et des signatures ou des animations étaient proposées par ces auteurs de BD, ainsi que par d’autres dessinateurs très présents et actifs pour ce Festival, tels que Brunor, Jean-François Kieffer, Coolus, Elvine, Guillaume Albin, Sean O’ Brien, le P. Thierry de l’Abbaye de Maredsous, l’équipe de l’Ecole Biblique et Archéologique de Jérusalem et celle du Centre Religieux d’Information et d’Analyse de la Bande Dessinée.

Le samedi, des conférences de René Nouailhat sur Blake et Mortimer et de Brunor sur ses « Indices Pensables de l’univers » furent données à Saint-Martial, église située entre les deux immenses chapiteaux des stands des éditeurs appelés les Bulles.

Débutés par la cérémonie de remise du Prix de la BD Chrétienne et de celui du Jury œcuménique, qui donna l’occasion de revisiter ces 30 années de présence chrétienne, ces 4 jours furent ponctués de temps de prière : célébration œcuménique au Temple, culte à l’église évangélique et messe du Festival dans une cathédrale comble, présidée par Mgr Hervé Gosselin (photo), nouvel évêque d’Angoulême, très présent et attentif à cette réalité culturelle.

Un autre temps fort et chaleureux, mais non ouvert au public, fut la soirée des artistes et des nombreux « Bédévoles », regroupés par Chrétiens Médias 16 et très investis pour faire vivre ce Festival off bien particulier et très fraternel.

Vincent Fauvel

Sur le même thème